LOVE ETC..., TRAVEL

Maison Velvet

Je suis entière, pas du genre à faire les choses à moitié.

Quand on part en amoureux on opte souvent pour un (très) bel hôtel. Quitte à mettre de l’extra dans l’ordinaire, autant ajouter l’option confort et les petits déjeuner gargantuesques (on est des morfales le matin) avant de partir en balade, non?

Lors de nos dernières escapades on a opté pour un accueil en chambre d’hôtes et on a pas été déçu, malgré nos exigences devenues de + en + pointues au fil des années.

J’aspire à une autre qualité d’échanges, plus humaines, que celle proposée derrière un comptoir. On a déjà l’occasion d’être considéré si souvent comme des numéros pour ne pas avoir envie d’en rajouter. Et je trouve que les chambres d’hôtes sont parfaites si on aime les lieux vivants, avec des vrais gens, tout en gardant une grande liberté et sans renoncer au confort qui fait indéniablement partie du charme le temps d’un weekend.

Pour toutes ces raisons pour notre virée en Avignon, j’ai choisi la Maison Velvet, plutôt qu’un hôtel. Cet endroit semblait prometteur, doté d’un caractère, d’une âme, avec le charme du « comme à la maison », en mieux (pas de légo qui traînent).

Je n’ai pas été déçue. Maya nous a reçu très chaleureusement, avec ce qu’on appelle un accueil personnalisé, aux petits oignons.

Maya a changé de vie. Elle a quitté Paris, pour s’installer en Avignon qu’elle connaissait bien, où elle venait chaque année depuis 10 ans. Elle a saisi l’opportunité d’un changement de cap professionnel, pour se retrousser les manches et se lancer.

Elle a réussi le pari de faire de cette grande maison de ville un lieu plein de charme, décoré avec (bon) goût, mariant à merveille le charme de l’ancien et le confort moderne. Les tomettes, les matières brutes, nous plongent immédiatement dans l’ambiance provençale traditionnelle. Les tableaux, mille autres détails savamment choisis et agencés, les couleurs vives de l’immense escalier qui mènent aux chambres, ainsi que les salles de bains modernes, donnent la touche contemporaine. Il y a une belle harmonie dans cette maison là.

On a beaucoup apprécié la disponibilité naturelle et le sens de l’écoute de Maya. Elle nous a donné de bons conseils adaptés à la durée de notre séjour (un jour à Avignon et un jour aux alentours) et des pistes d bonnes adresses pour bien manger. A Avignon il y a pas mal de bons restos, mais n’empêche quand on a une soirée sans enfant (c’est pas toutes les semaines), il vaut mieux viser juste!

On a pu choisir entre deux chambres aux teintes douces. Le lit super king size (mieux qu’à l’hôtel) a orienté notre choix (l’obsession du sommeil parlera aux parents), on pouvait faire tous les deux l’étoile de mer c’était juste génial.

Il y a une chambre avec un accès direct sur la terrasse. On ne l’a pas vu mais elle doit être bien sympa aux beaux jours.

Le petit dej, quant à lui était royal, servi au salon, à l’heure convenue, Maya tenait à ce que tout soit prêt et parfait pour nous.

Mes quelques photos ne rendent pas hommage à cette bien belle adresse, en vrai c’est encore + beau.

Si vous souhaitez  y séjourner, pensez à réserver bien à l’avance en période de festival.

029

034

032

030

20140202_09524220140202_094146

REAL LIFE

Parallèle de vie

Sur une belle idée de Sophia

Février 2011

Depuis plus d’un an on a envie d’un bébé, d’ailleurs on a récemment emménagé dans un appart + spacieux, avec deux chambres. On lâche prise

Je trouve un nouveau job deux mois plus tard et la même semaine je chuchote au creux de l’oreille à Mister bonheur qu’un Petit bonheur se love dans mon ventre…

CLES

Février 2012

Petit bonheur a trois mois. Trois mois passés tous les trois, avec Mister bonheur très impliqué dans son rôle de papa poule. Les premières semaines ont été très éprouvantes entre la prématurité, les coliques, l’allaitement exclusif, nos inquiétudes et les nuits hachées menues.

Le froid glacial ne nous permet pas de sortir aussi souvent qu’on aimerait avec notre tout petit que l’on sait fragile et vulnérable.

On trouve nos marques, on apprend à se faire confiance, à s’organiser autrement.

Mister bonheur se prépare à se lancer à son compte. Quant à moi, j’ai obtenu l’agrément d’assistante maternelle.

Nouvelle vie et nouveau cap professionnel.

mains

Février 2013

Petit bonheur a 15 mois. Il s’autonomise à vue d’œil. Il marche et apprend à manger seul. Il englouti ses bib en un temps record.

Ma mère vit un peu chez nous, pour m’aider avec Petit bonheur puisque je suis alitée. La cohabitation n’est pas simple tout les jours mais on s’en sort tous plutôt bien avec une copieuse dose de bonne volonté et elle assure avec son petit fils qui lui rend au centuple.

A mesure que les semaines passent, je me détends, sachant que les risques de naissance prématurée sont minimisés pour numérobis.

Je sors néanmoins très peu et ça me frustre beaucoup. Je me repose, je lis, je positive en mode bidon centrée 😉

Je profite des dernières semaines de notre, finalement courte, vie à trois, de ma (dernière?) fin de grossesse entre deux contractions.

On fignole les préparatifs pour le bébé et je me demande si tout compte fait les vêtements naissance serviront. Je me prépare au changement, j’ai hâte!

Mister bonheur organise une soirée surprise: il a réservé une table dans un bon restau japonais et booke la baby sitter. Une belle initiative pour se retrouver en amoureux avant le grand saut qui approche…

Je vais donner naissance à Jolie douceur, notre soleil, une semaine plus tard jour pour jour, heure pour heure.

On est aux anges.

044

Février 2014

Petit bonheur parle, connait les contraires, les couleurs, plein d’animaux et sait compter jusqu’à deux! Il réclame chaque jour le toboggan et ne veut plus aller dans la poussette.

Jolie douceur va souffler sa première bougie, dans quelques jours. Elle est joyeuse, sourit beaucoup et applaudit à tout va.

Le resto de Mister bonheur tourne bien et je m’apprête à reprendre le boulot.

On est crevé et heureux. On a besoin de passer du temps à deux, de se retrouver, nous. On sort en amoureux dès que l’occasion se présente et elle se présente souvent ces derniers temps.

On fait de grandes balades avec les enfants, on parle de voyages et des vacances.

Je sieste dès que possible, c’est encore vital à ce stade! Je fais du yoga, je bouquine dès que j’ai une minute. En somme, je me réapproprie des morceaux de vie sans eux, et j’apprécie pleinement le bonheur de la vie de famille.

021

LOVE ETC..., TRAVEL

En Avignon

Laissez moi vous mettre dans l’ambiance.

On était à bout de souffle, pas loin de l’engueulade carabinée, qui va de paire avec la succession de nuits minuscules. Heureusement notre week end love-love pointait son nez.

D’habitude je fourmille d’idées pour les escapades, je choisis une ville, un bel hôtel et on s’organise à partir de là. Là j’étais tellement vidée qu’aucune destination ne me venait en tête.

Turin que j’adore? Trop de route pour en profiter vraiment.

Ardèche? Plutôt aux beaux jours, non?

Annecy? On aime beaucoup mais on avait envie de (re)nouveau.

Dijon/Bourgogne? Méteo France annonçait de la neige…

Mister bonheur a proposé Avignon. J’ai dit banco sans chercher à comprendre. Pour les escapades en hiver, j’aime être en ville, alterner les visites et les pauses cosy.

La décompression a été immédiate, c’est à dire dès qu’on s’est installé en voiture! On monte le son sur Woodkid et c’est parti.

La suite c’est plein de jolis moments, de gourmandise et de gastronomie. En résumé notre brève escapade en Avignon fut un condensé de bonne bouffe!

Un déj’ japonais chez Naka (une très belle ambiance et un rapport qualité prix imbattable)

20140201_133953

une sieste pour reprendre des forces avant de partir explorer la ville collés-serrés sous le parapluie…

20140201_144113

20140201_123110

20140201_143730

Un diner dans un cadre enchanteur

une chambre d’hôtes typique provençale, pleine de charme et de jolis objets, avec un lit king size (bien dormir c’est notre obsession priorité)

20140202_095242

20140202_094146

Après un ptit dèj gargantuesque, on a filé à l’Isle sur la Sorgue, jolie petite ville où il fait bon flâner, chiner, rêver.

20140202_141058

Avant de reprendre la route on s’est arrêté à Fontaine de Vaucluse, qui vaut le détour! On en a pris plein les yeux et on a adoré terminer notre escapade avec ce côté « nature ».

20140202_172829

 

ETRE PARENTS

Préparer l’anniversaire de Jolie douceur et la célébration des parents

Pour célébrer la naissance de Jolie douceur j’avais concocté une petite Papa box home made, pour Mister bonheur qui le méritait bien.

On avait passé des moments difficiles, pendant la grossesse (merci les hormones et l’hyperémotivité), avec mon hospitalisation et la menace d’accouchement prématuré qui nous avait bien fait flipper, puis à mon retour à la maison alitée pendant quelques semaines, où il a fallu revoir complètement notre organisation pour un temps. Mister bonheur a été hyper sollicité et parfois… un peu déboussolé.

J’avais envie de le chouchouter à ma façon, de lui montrer avec cette box surprise combien son soutien et son implication sont précieux à mes yeux.

Je voulais vous en parler de cette box, avec des photos trop belles que j’aurais faites, mais on a vécu l’instant sans l’immortaliser, le temps a filé et l’eau couler sous les ponts depuis…

Rien de fou-fou dans cette papa box, simplement quelques bricoles:

+ une boîte d’ampoule de ginseng/guarana/propolis et un tube d’acerola (il faut bien ça!)

+ un bon pour une grasse mat’ à dégainer quand ça lui chante (sympa, non?)

+ deux places pour un match de foot au stade, histoire de décompresser avec un pote

+ une photo de nous quatre

+ des jeux à gratter avec les signes respectifs de chacun des membres de notre famille

Pour les deux ans de Petit bonheur j’ai décidé de célébrer mon anniversaire de maman.

Le premier anniversaire de Jolie douceur approche et j’ai bien envie de perpétuer cette tradition de se célébrer nous aussi parents, avec une petite attention. Vous me direz, y a déjà la fête des mères et la fête des pères? Et alors? Doit-on se limiter à un seul jour, commercial qui plus est, alors qu’on donne tant de nous-même au quotidien et qu’il s’agit d’une date particulière dans notre histoire?

Le jour de la naissance de Jolie douceur était un jour exceptionnel pour Mister bonheur comme pour moi, le jour où nous sommes devenus parents pour la deuxième fois (en 15 mois 1/2) et ce n’est pas rien!

Et puis c’est un moyen de lui témoigner ma gratitude pour le père formidable qu’il est pour nos enfants.

En attendant, on prend un peu d’avance côté célébration, on part en week end demain, (ne me demandez pas où, je n’en sais encore rien) tous les deux. Après les deux semaines pourries moisies côté sommeil qu’on (enfin surtout moi cette fois) vient d’endurer une bonne nuit et une grass’mat’ sont les bienvenues.

anthurium feuille

 

REAL LIFE

Le planning

La semaine, quand je suis seule avec les enfants, j’ai trouvé mon rythme et ça roule. On a nos repères.

Les clashs du quotidien, avec Mister bonheur, viennent de la fatigue et de notre organisation bancale, lorsque l’on est ensemble. Quand ce n’est pas le bon moment de faire les choses du quotidien, qu’on a pas anticipé ce qui peut l’être, tout devient compliqué avec les enfants au milieu. Ou je lui demande de faire quelque chose, et puis finalement chose encore, et ça le déstabilise.

On tâtonne. Enfin JE tâtonne. Mister bonheur suit le mouvement. Ici le chef d’orchestre c’est bibi. Notre vie est un tétris où l’on fait notre possible pour tout imbriquer en gardant des plages de repos, des moments pour chacun, des loisirs. Et du temps ensemble, chaque jour, parce que ce sont ces moments de vie qui oxygènent notre famille.

Pour remettre les choses à plat, j’ai fait un planning, redistribué (un peu) les tâches. Tout ça a un côté rigide, je vous l’accorde. J’essaie! Quitte à assouplir, ensuite, une fois le cadre posé. J’ai fait en sorte qu’on ait le moins de corvées (ménage/courses etc) le week end, histoire de se poser, de passer du temps de qualité, ensemble. D’ailleurs j’ai créer une liste type chez un supermarché qui livre à domicile. Une à deux fois par mois, ça peut le faire. Le prix de la livraison me semble LARGEMENT compensé par le temps et l’énergie économisés. 

J’ai osé inscrire encore + de temps pour moi, dans les cases du planning. Et même une grasse mat avec ptit dej au lit le dimanche! Rassurez-vous Mister bonheur a aussi des moments pour roupiller.

L’idée c’est que visualise les taches qui lui sont attribuées, et celles qui incombent à l’autre. Peut être que ça calmera le jeu coté comptes incessants.

Peut être que Mister bonheur appréciera d’avantage ce que je fais et qu’il ne voit pas, ces détails qui font que le logis devient cocon.

Peut être que j’apprécierai sa participation à sa juste valeur.

Peut être que j’arrêterai de le solliciter de façon intempestive, puisqu’il sait ce qu’il a à faire et qu’il agira de lui même. Espérons, que ça le motive à remettre le sac poubelle!

Au début, il était un peu réticent (le changement le stresse), il avait peur que je lui rajoute des trucs. Et puis il s’est rendu compte que oui il y avait effectivement quelques missions supplémentaires mais aussi des plages libres dont il pourra disposer comme il l’entend. 

Il joue le jeu.

La bienveillance est revenue et les initiatives aussi. Je crois qu’il nous fallait ça, un espace défini pour chacun.

790

LOVE ETC...

Et le couple alors?

On était un couple fusionnel et indépendant à la fois. Un couple très amoureux, plein d’attentions, de sms, de tendresse.

Un couple qui voyageait, partait en week end, se faisait des apéros terrasse à la Croix rousse le dimanche midi, après le marché. Un couple qui dinait souvent au resto le lundi.

Parce qu’on se connait depuis longtemps, qu’on était ce couple solide, qu’on a eu envie de sauter le pas : de fonder une famille. Notre famille.

Maintenant que les enfants sont nés, on est surtout parents. On est tous les deux très investis dans nos rôles respectifs. Encore heureux, parce que deux tout-petits c’est du job!

Donc, on est parent chaque jour que Dieu fasse. Et on est un couple, parfois, quand on a le temps. Quand on trouve le temps. Ca demande une ‘énergie considérable de trouver ce temps là. Des fois on a la force. Des fois non.

On se fait vite rattraper par le quotidien, l’intendance, la logistique, la fatigue, les reproches. Il y a tellement de petits détails auxquels penser pour que ça tourne avec les enfants. Et puis il y a à faire! Les courses, le linge à plier puis ranger, le lave vaisselle à vider, les couches à changer, les repas à préparer, les séances de kiné de Petit bonheur, l’heure du casse croute de Jolie douceur, les bains à donner, le sac poubelle à changer, les jouets à ranger. etc etc. Sans parler de l’attestation Caf à envoyer, du dossier crèche à remplir, les factures de l’entreprise à déposer chez le comptable and so on.

Par nécessité, avec Mister bonheur on a défusionné. On se répartit les tâches, on s’alterne, on optimise. Je deviens experte en gestion ultra chronométrée. C’est ainsi qu’on réussi à se dégager des moments libres, chacun de son côté, de temps en temps, pour un match de foot, un ciné. Des moments pour souffler. C’est vital.

Mais des moments rien qu’à nous, où l’on partage une activité, un resto, une expo, une balade, comme avant, on en a peu. Trop peu.

Les fois où on fait garder les enfants, la pression est tellement forte, la barre est haute, il faut absolument que tout soit parfait, puisque ces moments là sont si rares.

Le week end, on part se promener en famille, on continue de vivre bien sûr, même s’il faut s’adapter aux rythmes des enfants. C’est chouette, d’être tous ensemble.

Mais le couple c’est autre chose encore. Apprécier l’autre pour ce qu’il est plutôt que ce qu’il n’est pas, ce qu’il fait plutôt que ce qu’il n’a pas fait…

Retrouver la bienveillance,   le regard tendre, s’enlacer, faire des photos de nous deux, se prendre par la main, avant c’était naturel et là ça devient un challenge (on a tout le temps un ou deux enfants ou une poussette à gérer!). Comment réinstaurer cette bienveillance quand le quotidien prend inévitablement le dessus, pour un temps (toute leur petite enfance??!), quand on arrive tout juste à se dire bonjour parce que Petit bonheur nous réveille à 6h30 avec ses hurlements (ça c’est vraiment hard). Le matin au lieu de l’embrasser je lui file un coup de coude, à demie-endormie, pour qu’il y aille, quand j’ai pas la force. Il est où le romantisme, hein?!

Et le soir on s’endort épuisé et je n’ai pas souvent la force de l’attendre jusqu’à minuit, à son retour du boulot. Parce que je SAIS qu’à 6h30, si la nuit est bonne, c’est reparti mon kiki.

Alors on s’aime, l’amour est là, toujours. Différent. En sourdine. J’aime si fort partager tout ça avec lui et je sais que ce qu’on vit renforce nos liens.

On sait que la passion et la spontanéité du plaisir d’être ensemble, tous les deux, reviendront. Mais elles ne reviendront pas toute seules.

Je compte bien sur les vacances pour passer un peu le relais (merci maman!) et retrouver mon amoureux.

J’ai hâte!

coeur

BITS + PIECES

Bits + pieces #12

Une semaine bien plus cool et facile que je ne l’avais imaginée! Pas de crèche mercredi 1er mai pour Petit bonheur, pas d’aide à domicile non plus, mais des nuits très correctes qui ont fait remonter mon moral en flèche, une belle soirée en amoureux et du bon temps en famille.

Hop hop hop, de quoi repartir pour un tour!

IMG_7046Ma p’tite souris

IMG_7021Déj vite fait!

020Un somptueux bouquet

2013-05-04 21.27.01Un dîner en amoureux, au Flair à Lyon

0141ère garden party de la saison!