GROSSESSE

38 semaines # ma grossesse

Bon sang, 38 semaines de grossesse et j’ai l’impression d’être au bout du bout. Le 9e mois, quoi!

Il FAUT qu’il se passe quelque chose.

Je dors mal la nuit, par tranche de deux heures, d’un sommeil léger.

Heureusement que je fais une sieste réparatrice d’un sommeil de plomb en début d’après midi.

J’ai les ligaments hyperlaxes qui tirent, le ventre prêt à éclater. Mes pieds (me) gonflent et j’ai ressorti les bas de contentions+ que je devais porter durant mon séjour à l’hosto. Glamour quand tu nous tiens… En parlant de glamour, je passe sur mon épilation, hein…

Je m’active (un jour sur deux) je frotte, je brique, je range, je passe l’aspi, je bidouille ma valise, je cuisine, je porte Petit bonheur (10kg quand même), je ramasse ses jouets à quatre pattes, je mets mes pompes (c’est ce qui est le moins fastoche je crois).

J’ai faim. Tout le temps. J’ai pris 3kg en 15jours. Bref…

J’ai à nouveau une sensibilité ultra développée (euphémisme), je démarre au quart de tour, faut pas me chercher.

Quand je suis de bonne humeur, la majorité du temps en fait, je vis dans ma bulle en mode bidon-centrée, avec mon bébé, ma numerobis, ma fille, en fusion.

J’appréhende mon séjour à la maternité (passage pourtant obligé) que j’espère express.

Et je me pose un tas de questions. J’ai hâte de savoir ce que ça fait d’être maman pour la deuxième fois. J’ai hâte de la sentir tout contre moi.

Publicités
GROSSESSE

37 semaines # ma grossesse

004

Ah, nous voilà à la fin de la 37e semaine! Le fameux dernier mois de grossesse.

Je n’en reviens pas. Déjà?!

Il y a une faille spatio-temporelle, je ne vois pas comment c’est possible autrement.

Et en même temps, qui l’eût cru? Autour de moi, tout le monde semble étonné de me voir encore enceinte à ce stade! A commencer par le gyneco.

Tout va bien, la situation est stable.

J’ai rencontré l’anésthésiste et je suis rassurée à l’idée d’accoucher à la maternité où je me suis inscrite initiallement.

Je vis une fin de grossesse heureuse. Lourde, mais heureuse!

Je me laisse bichonnée et je reprends goût à une vie baleinesque normale.

Dès que j’ai eu l’autorisation de sortir et de m’activer (un peu) je suis allée me faire couper les cheveux, parce qu’on sait bien qu’après je n’aurais plus le temps. Croyez-moi ce n’était pas du luxe! Je revis.

On profite de quelques moments de libre à deux, pour des petites balades ou pour aller manger un morceau dans notre quartier et découvrir des adresses gourmandes à deux pas de chez nous.

Je m’active en douceur à la maison. Non pas que les tâches ménagères m’aient manquées, mais le choc sera surement moins rude si je reprends tranquillou une certaine forme d’activité. Passer d’une vie bien remplie et ultra speed au repos total a été assez hard, mais le contraire pourrait l’être aussi! Et puis j’ai envie de nous préparer un petit cocon pour cette nouvelle vie à quatre.

Et ce qui est chouette, dans ce dernier mois, c’est que je peux à nouveau m’occuper de Petit bonheur et le couvrir de calins. J’ai eu droit au premier bisou, celui qui ne fait pas de bruit et qui bave. C’est marrant, ces dernières semaines il venait vers moi, sans trop s’attarder, comme s’il avait assimilé que je ne pouvais pas le porter, jouer avec lui etc. Là, il a tout de suite capté la différence, même s’il y a encore plein de choses que je délègue, comme le bain. Faut pas exagérer…

GROSSESSE

36 semaines # ma grossesse

Il y a un mois de ça, je me rendais tranquillou à mon RDV pour l’écho du troisième trimestre et j’ai été hospitalisée d’urgence pour menace d’accouchement prématuré.

Il y a un mois de ça, les médecins et sages-femmes me disaient que si je passais le cap des 33 ou 34 semaines ça serait bien, vraiment bien.

Il y a un mois de ça, j’ai imaginé le pire, on a eu peur, très peur, pour toi, pour nous, pour notre famille.

Il y a un mois de ça, on a évoqué la naissance prématurée, les éventualités, la réanimation potentielle, l’intubation, la néonatologie et tout le toutim.

Il y a un mois de ça, j’avais le coeur en peine de renoncer (peut être) à un accouchement comme j’en rêvais, avec une rencontre immédiate et merveilleuse à la clé.

J’ai respecté les instructions. Je suis restée allongée tout le temps, ou presque. Je ne suis pas sortie prendre l’air, alors que j’en avais une envie folle. Et je n’ai plus porté Petit bonheur.

Et de jour en jour, de semaine en semaine, on a écarté les risques et tu es toujours là, en moi.

Voilà plus d’un mois que nous sommes en alerte. On sort doucement de la pathologie pour se glisser vers la normalité.

Aujourd’hui je suis détendue, je sais que tu naîtras bientôt et tout ira bien.

Je sais que je ne culpabiliserais pas, j’ai fait tout mon possible, j’ai fait ce qu’il fallait, pour toi. Une maman ne souhaite que ce qu’il y a de mieux pour son enfant, c’est vicéral, ça ne s’explique pas.

On a trouvé les solutions pour que Petit bonheur ne soit pas trop impacté par la situation. Mon fils est un petit garçon très sensible. Heureusement il semble très épanoui. Il est dans une phase d’éveil intense. Il passe petit à petit du statut de bébé à celui de grand frère. Il sait qu’il se passe quelque chose. Quand je suis dans ma chambre, il aime me rendre visite, me donner un cube. A chaque visite de la sage femme, il vient nous faire un coucou et repart joyeusement, après s’être assuré que tout allait bien! Les enfants sont étonnants.

Si près du but, je savoure chaque instant, parce qu’on ne peut pas savoir. Et si c’était le dernier jour? Le dernier bain enceinte? La dernière fois que je porte ma salopette adorée? La dernière nuit de huit heures d’affilées? Le dernier bouquin dévoré d’un trait? Les derniers coups de pieds? Les derniers moments enlacés, en amoureux, avec les mains réconfortantes de Mister bonheur, posées sur mon gros ventre? Les derniers moments de liberté? Ah la liberté, j’aurais bien du mal à y renoncer!

Et pourtant, qu’est ce qu’on t’attend…

006

GROSSESSE

35 semaines # ma grossesse

Toujours enceinte et toujours au repos.

C’est pas fun tous les jours mais tant qu’à (ne rien) faire, autant tirer parti de la situation et de son ambivalence. Je bouquine, je mate des DVD, je sieste quand j’en ai envie et quand Petit bonheur, plein de vie, le permet.

Ma mère le gère trois jours par semaine. Je me suis bien conditionnée, la cohabitation se passe bien au final et ils s’éclatent tous les deux. Bon, l’appart c’est Beyrouth par contre. Mais y a pire dans la vie, non?

Ah et Petit bonheur est habillé bizarrement pour aller à la crèche, avec plusieurs sorte de rayures et des couleurs mal assorties. Son père gère…au mieux!

Chacun fait ce qu’il peut et ça fonctionne plutôt bien. Je me surprends à ne rien dire, même si certains trucs m’agacent (un peu). C’est celui qui fait qui a raison, paraît-il! Alors je lâche prise.

Mademoiselle numerobis pèse plus de 2,7kg selon les dernières estimations et tout semble ok d’après la sage femme.

Voilà, voilà, dernière ligne droite, ma 35e semaine touche à sa fin et je me sens plus zen et détendue.

Je vis au ralenti, je suis en fin de grossesse, je le sens, je le sais, je n’en peux plus, j’ai hâte et en même temps je ne suis pas pressée de me laisser rattraper par le rythme effrené (et les nuits pourries) qui nous attend! Je savoure encore et encore les vagues, les petits hoquets et les adorables coups de pieds.

ps: la tunique (d’allaitement) vient de chez Seraphine, elle est bien soldée et elle est top pour la fin de grossesse.

018

GROSSESSE

Du temps pour elle

085

Pendant cette grossesse j’aurais voulu me (re)poser davantage, me recentrer sur mes sensations, mon instinct, prendre plus de temps pour elle, l’apprivoiser et lui montrer à quel point elle compte déjà, pour nous.

Elle a subi sans broncher mes efforts physiques, mes angoisses, ma fatigue, les nuits trop courtes, lorsque Petit bonheur cumulaient virus et maladies infantiles.

Il m’ a fallu du temps pour accepter l’idée d’être à nouveau enceinte, si vite après qu’on l’ait décidé, prise dans l’ambivalence de la joie de sa présence et de la peur de ce qui nous attend.

Ce repos forcé, nous reconnecte.

Elle et moi.

Ma fille, si douce et calme.

Elle prend sa place, s’impose, avec cette force de vie extraordinaire qui l’anime.

On se disait récemment, avec Mister bonheur, qu’on ne réalisait pas bien.

Elle nous a fait redescendre sur terre!

Elle cherche à nous interpeller, elle nous pousse, par tous les moyens, à lui témoigner notre attention et notre amour.

On lui doit bien ça!

J’ai passé quatre nuits à l’hôpital, et cinq jours, en chambre double, dans le service groseesse pathologique. J’ai une folle envie de sentir l’air me glacer le visage, respirer un peu, voir ce qui se passe dehors, ne serait-ce que quelques minutes.

Mais ce n’est pas au programme.

Je reste allongée, sagement, en me disant que chaque jour est une victoire et je savoure les petites joies quotidiennes (visites, appels, délicieuses attentions de mon amoureux etc) en croisant les doigts pour qu’une chambre seule me soit attribuée.

Je suis raisonnable, pour que chaque heure, chaque jour passés ici,  où elle reste au chaud, en moi, bercée et protégée par mon amour lui soit bénéfique. Et tellement plus doux que ce qui l’attend, si elle choisit d’arriver si tôt…

ps: J’ai récupéré l’ordi hier soir (oh joie!), pratique pour les soldes et finir de préparer l’arrivée de mademoiselle. Et je vais pouvoir répondre à vos commentaires, qui m’ont beaucoup touchée!

GROSSESSE, PREMATURITE

Le cap de 32 semaines # ma grossesse

Un ptit coucou express. Je poste depuis mon téléphone et écrire trois lignes est un petit défi!
Bon je vais pas râler …
Je vais bien, numérobis aussi (toujours inside). J’ai passé le week end avec Mister bonheur à mon chevet, redoublant d’attentions.
J’ai des moments où je ne suis rien qu’une chiffe molle et où je veux ma maison et la joyeuse présence de mon petit garçon, mon homme, mon lit et mon petit confort.
J’aimerais voir la lumière du jour et prendre une bouffée d’air frais aussi .
La vraie bonne nouvelle c’est qu’aujourd’hui on passe le cap de la gde prematurité . Entre 32 et 37 semaines il s’agit de prematurite. Ça fait une difference.
Chaque jour compte.

GROSSESSE

31 semaines # ma grossesse

022

31 semaines de fusion.

On commence (enfin?) à s’activer un peu, pour préparer l’arrivée de Mademoiselle numerobis.

J’ai imprimé la liste de Marie pour la valise de la mat’ et Mister bonheur a bien ri en la lisant.

J’ai récupéré tout un carton de fringues trop choupi. Je ferais le point, la semaine prochaine, pour qu’on complète pendant les soldes. Avec le stock de pyj taille 1 mois trouvés pour trois fois rien en brocante et la pile de compèt pour les bodys on est déjà bien pour les débuts! Quelques affaires neuves, pour bébé neuf et on sera au top!

Mister bonheur a monté le berceau de mademoiselle. Il a râlé (et moi ricanné) à cause de ces putains de vices qui ne voulaient pas coopérer et ensuite parce qu’il s’est pris deux fois le berceau qui est au milieu de notre chambre. Ca promet!

Je la sens encore bien haute mais mes contractions sont de plus en plus intenses et basses, surtout en fin de journée.

A priori, ce sont des contractions pysiologiques, mais bon, je crois que je ne serais rassurée qu’après avoir passé le cap de 37 semaines!

Je suis lourde et de moins en moins mobile, j’ai des remontées acides désagréables au possible, je rame pour mettre mes bottes, je me sens serrée dans mes sapes, pourtant à ma taille, j’en ai marre d’être tout le temps habillée pareil (ou presque), je mange du dessert même si c’est pas raisonable, je fatigue vite et profite pour siester dès que l’occasion se présente.

Je suis bel(le?) et bien dans le dernier trimestre.

J’adore la sentir bouger, mais je ne suis pas vraiment sûre de réaliser, que bientôt nous serons quatre.

La grossesse à ce côté magique, on pense à ce que sera la vie après, sans pouvoir mesurer le bonheur infini qui nous attend, avant de le vivre en live.