ASSISTANTE MATERNELLE, BONHEURS, ETRE PARENTS, REAL LIFE

Simplifier et fluidifier

20140818_160502

Un an que j’ai commencé cet article. Ca me prend chaque année cette histoire de ménage de printemps. Enfin là c’est un peu + que ça…

Un an que je fais de mon mieux pour alléger, simplifier, fluidifier le quotidien par petites touches.

Les spécialistes en la matière recommandent de procéder d’un coup, moi je fonctionne par étapes…

Chi va piano va sano e lontano comme on dit en italien.

J’ai adopté le mode de rangement de Marie kondo  pour certains tiroirs : vêtements des enfants, bavoirs, serviettes de toilette et dans mon dressing pour les jeans et tee shirts. Alors non ce n’est pas rangé une fois pour toutes (pas chez moi en tous cas!) mais effectivement c’est plus net et le bazar revient moins vite. Donc je valide. Là je teste la capsule wardrobe, vous connaissez?

Côté tri, au fil des mois j’ai donné et vendu les derniers vêtements de bébé. Actuellement Jolie douceur et Petit bonheur ont chacun deux tiroirs de commodes pour leur garde robe de saison, un tiroir de sapes « pour plus tard » achetées à petit prix ou récupérées et un carton de taille moyenne de vêtements souvenirs !

Je pourrais aller plus loin en achetant sans anticipation en fonction des besoins réels du moment et si possible plus local et éthique. Si ça se trouve se serait tout aussi économique (en achetant d’avance il y a parfois des ratés). Si vous avez des pistes pour avancer dans ce sens, parce que je ne sais pas trop où me tourner et je préfère limiter le budget au profit de loisirs…

Côté bibliothèque il y a eu un gros tri, j’ai fait tourné et donné des livres mais là c’est plus fort que moi, les livres reviennent encore plus nombreux et la billy déborde à nouveau…

Côté boulot j’ai tâtonné, là encore je suis en chemin pour trouver l’organisation optimale. Je ressens l’envie de cloisonner davantage ma vie familiale et professionnelle. C’est plus simple et on préserve du temps de qualité pour chacun (notamment le temps que les enfants passent en fin de journée avec leur père).

A l’avenir j’envisage de réduire le temps de travail une partie des vacances scolaires (et alléger également la facture du centre aéré) pour passer du temps à notre rythme avec les enfants hors période scolaire.

Côté boulot encore, j’arrive à une (relative) autonomie financière. Je me sens plus libre (zéro culpabilité à m’offrir une soirée mensuelle rien que pour moi même s’il faut appeler la babysitter) …

Au niveau du quotidien : on se fait livrer les courses environ deux fois par mois. Un gros plein (les produits de bases en quantité) qui arrive direct dans la cuisine si ça ce n’est pas se simplifier la vie 😉

Coté alimentation, en un an j’ai intégré plusieurs changements, tout doucement, au fur et à mesure une fois encore. On mange simple, avec plus de diversité et on a intégré des collations fruits.

J’ai tenté sans succès la planification de menus. Bof! J’y reviendrais peut être. Des pistes pour me motiver?

Simplification aussi du côté de l’épanouissement personnel. Mister B prend régulièrement du temps pour lui et moi de même. Soit on se relaie pour les enfants, soit on prend une bbsitter. Tout cela est beaucoup + facile maintenant et lui comme moi, on sait gérer seul et les enfants sont plus grands .

Avoir chacun, les enfants comme les parents, des activités de son côté permet de se retrouver, d’apprécier le temps passé ensemble. Il faut parfois se séparer un peu pour retrouver la joie d’être ensemble.

Mais le plus gros changement pour moi c’est le matin qui a pris un goût de miracle morning et si vous me lisez depuis longtemps vous savez qu’on part de loin…

REAL LIFE

Lâcher prise

IMG_7154

Si je devais prendre une résolution pour la rentrée ce serait (comme en janvier tiens!) le lâcher prise.

Lâcher prise s’il veut aller dans la poussette à la sortie de l’école et elle marcher.

Lâcher prise s’il trie les brocolis mélangés aux gnocchis.

Lâcher prise si elle fait ses dents et que la nuit est moisie et que je me lève quatre fois pour elle et à 5h22 pour lui parce que « naan c’est pas trop tôt, tu te lèves maman, j’ai bien dormi, ça suffit » et que Mister bonheur ronfle à côté.

Lâcher prise si c’est la foire à l’heure de la sieste parce qu’ils sont tellement excités de se retrouver. Lui dans son lit « je suis le capitaine mouaaa » et elle « au golop, au golop! »

Lâcher prise si Mister bonheur rentre à point d’heure du taf et n’a pas mis le linge à sécher ou remonter le pack d’eau.

Lâcher prise.
Leur donner un cadre ferme et sécurisant, des repères, mais aussi des pistes pour penser par eux même et les laisser faire leurs expériences (dans la limite de la sécurité).
Arrêter de vouloir tout contrôler.

Et vous savez quoi?

Bah j’ai + d’énergie, et les choses se font de façon étonnamment plus fluide.

Je vis au rythme des enfants, c’est parfois contraignant. J’ai deux options: soit j’accepte cette période comme elle est, avec la souplesse qu’elle comporte, soit je râle parce que je focalise sur les contraintes.

En prenant les choses comme elles sont, comme elles viennent, l’une après l’autre, je gère mieux.

Ok c’est relou de se coucher à 21h30 certains soirs, mais c’est faire le choix d’être en forme pour passer une journée sereine le lendemain.

Mais à côté de ça je les vois grandir, j’accompagne les premières années, qui finalement passent si vite (même si certaines journées durent une éternité on est d’accord).

Je concilie boulot et vie de famille, sans (trop de) renoncement ni d’un côté ni de l’autre.

Vendredi je teste un cours de pilates.
J’ai des leçons de conduite programmées pour octobre et une liste d’activités prévues avec les kids.

D’ici quelques mois, quand je serai prête, j’accueillerai un deuxième enfant. On aura plus de marge de manœuvre financièrement parlant et je retrouverai mon autonomie.
C’est important l’autonomie, non? Se dire que si on est ensemble avec Mister bonheur c’est par choix, par envie, pas parce qu’on y arrivera pas sinon.

Je fais le vide, j’ai besoin de retrouver un peu d’espace dans les placards et dans ma tête, de laisser aller le vieux, le superflu et de me recentrer sur l’essentiel.