MES GONES

Pas content

Les amis après une accalmie le terrible two is back.

Non changer! Non la douche! Non balade! Non manger! Non dodo! Non non non!

Pour les sorties, depuis quelques semaines Petit bonheur marche, à côté de la poussette.

Il a fallu, comme toujours avec la nouveauté, recadrer les premières fois. On a une planche à roulette aussi. Il adorait au début. Maintenant il ne veut plus en entendre parler.

Depuis une semaine, il veut, je cite « marcher seul ». A la campagne ou au parc c’est possible.

En ville, c’est ingérable, pour moi, avec lui, actuellement. Il se laisse distraire, part dans tous les sens, n’écoute pas les consignes et les dangers sont trop nombreux.

Il a donc deux choix, marcher en se tenant à la poussette ou être sur la planche à roulettes.

Ca ne lui convient pas, il ne veut rien savoir. Et alterne entre le non et les cris stridents.

Si on va au square, à côté, (ou ailleurs en fait, peu importe) à l’aller ça va.

Au retour c’est impossible.

Je préviens à l’avance de notre départ, on compte les tours de toboggan (deux parce que ce chiffre lui parle) avant de repartir. Rien n’y fait. Il ne veut plus marcher. Pas monter sur la planche à roulettes non plus. Il crie, s’assoit dans la rue, ou se cabre. « Pas content ».  « Veut pas ». Ne veut pas quoi? Pas rentrer? Pas que ce soit moi qui décide? Pas sûre qu’il le sache lui même…

Bref, il pousse à bout et je fais des efforts immenses pour rester dans la bienveillance, parce que c’est le chemin que je choisis et que je sais qu’avec lui, la force n’est pas la solution qui fonctionne.

Je sais que c’est une étape, une phase, que ça passera. Mais bon sang, je sue!

20140304_142657

Publicités
REAL LIFE

Parallèle de vie

Sur une belle idée de Sophia

Février 2011

Depuis plus d’un an on a envie d’un bébé, d’ailleurs on a récemment emménagé dans un appart + spacieux, avec deux chambres. On lâche prise

Je trouve un nouveau job deux mois plus tard et la même semaine je chuchote au creux de l’oreille à Mister bonheur qu’un Petit bonheur se love dans mon ventre…

CLES

Février 2012

Petit bonheur a trois mois. Trois mois passés tous les trois, avec Mister bonheur très impliqué dans son rôle de papa poule. Les premières semaines ont été très éprouvantes entre la prématurité, les coliques, l’allaitement exclusif, nos inquiétudes et les nuits hachées menues.

Le froid glacial ne nous permet pas de sortir aussi souvent qu’on aimerait avec notre tout petit que l’on sait fragile et vulnérable.

On trouve nos marques, on apprend à se faire confiance, à s’organiser autrement.

Mister bonheur se prépare à se lancer à son compte. Quant à moi, j’ai obtenu l’agrément d’assistante maternelle.

Nouvelle vie et nouveau cap professionnel.

mains

Février 2013

Petit bonheur a 15 mois. Il s’autonomise à vue d’œil. Il marche et apprend à manger seul. Il englouti ses bib en un temps record.

Ma mère vit un peu chez nous, pour m’aider avec Petit bonheur puisque je suis alitée. La cohabitation n’est pas simple tout les jours mais on s’en sort tous plutôt bien avec une copieuse dose de bonne volonté et elle assure avec son petit fils qui lui rend au centuple.

A mesure que les semaines passent, je me détends, sachant que les risques de naissance prématurée sont minimisés pour numérobis.

Je sors néanmoins très peu et ça me frustre beaucoup. Je me repose, je lis, je positive en mode bidon centrée 😉

Je profite des dernières semaines de notre, finalement courte, vie à trois, de ma (dernière?) fin de grossesse entre deux contractions.

On fignole les préparatifs pour le bébé et je me demande si tout compte fait les vêtements naissance serviront. Je me prépare au changement, j’ai hâte!

Mister bonheur organise une soirée surprise: il a réservé une table dans un bon restau japonais et booke la baby sitter. Une belle initiative pour se retrouver en amoureux avant le grand saut qui approche…

Je vais donner naissance à Jolie douceur, notre soleil, une semaine plus tard jour pour jour, heure pour heure.

On est aux anges.

044

Février 2014

Petit bonheur parle, connait les contraires, les couleurs, plein d’animaux et sait compter jusqu’à deux! Il réclame chaque jour le toboggan et ne veut plus aller dans la poussette.

Jolie douceur va souffler sa première bougie, dans quelques jours. Elle est joyeuse, sourit beaucoup et applaudit à tout va.

Le resto de Mister bonheur tourne bien et je m’apprête à reprendre le boulot.

On est crevé et heureux. On a besoin de passer du temps à deux, de se retrouver, nous. On sort en amoureux dès que l’occasion se présente et elle se présente souvent ces derniers temps.

On fait de grandes balades avec les enfants, on parle de voyages et des vacances.

Je sieste dès que possible, c’est encore vital à ce stade! Je fais du yoga, je bouquine dès que j’ai une minute. En somme, je me réapproprie des morceaux de vie sans eux, et j’apprécie pleinement le bonheur de la vie de famille.

021

MES GONES

Collage

Le matin, pendant la sieste de Jolie douceur, je profite d’un moment privilégié avec Petit bonheur. C’est notre moment à nous.

Certains jours, on fait des activités, au calme, tout les deux.

Il est très enthousiaste et curieux de découvertes. Je lui donne quelques explications pour lui présenter l’activité, parfois je lui montre comment procéder. Ensuite il opère à sa façon, concentré et je le laisse faire.

Petit bonheur était très emballé par  le collage! Après avoir copieusement badigeonné le carton de colle, il a versé une bonne poignée de papiers, en remarquant qu’il y en avait plein-plein et en m’invitant à compter en répétant « deux-trois ». Il a beaucoup aimé appuyer et ajouter encore une bonne dose de colle sur les papiers!

Coût du matériel minimal: on a fait avec ce qu’on avait, c’est à dire des morceaux papiers colorés recyclés (chutes de la couronne home made de noël), un morceau de carton (parfait pour observer la colle blanche sur la surface), de la colle et un pinceau.

Le tout servi sur un plateau trouvé en vide grenier 2€, hyper léger et idéal à manipuler dès deux ans, que Petit bonheur a transporté sans difficulté, très appliqué à ne rien renverser.

Ps: plein d’idées d’activités clairement expliquées à piocher ici

20140210_091345

20140210_121232

MES GONES

Petit bonheur a 26 mois

Petit bonheur a 26 mois, tout rond!

Il n’en finit pas de m’étonner et de m’impressionner, par son développement, son langage, par tout ce qu’il sait déjà faire.

En ce moment il est très câlin et ce n’est pas pour me déplaire. Il me dit « vient maman » ou « pour que je le prenne contre moi, puisque je lui dis viens dans ces moments-là.

Il a toujours été très affectueux, mais ses câlins là sont posés et durent quelques minutes. J’en profite! Surtout après la sieste alors qu’il a cette odeur de sommeil tout chaud si particulière que j’adore.

Il se passionne pour les couleurs qu’il aime nommer et il me demande plusieurs fois par jour de l’accompagner dans cet apprentissage et de le questionner (de quelle couleur est ton pantalon, mon pull, les fruits et les légumes etc). Il ne se trompe jamais pour le rose et l’orange. Pour lui le vert est bleu et le jaune orange et s’étonne de ces nuances.

Il parle beaucoup, répète ce qu’on lui dit, emmagasine les mots et les ressort à sa façon. On a droit à « attend une minute mamillon (papillon) et lebout  papa mamour ( debout papa d’amour) qui fait fondre l’intéressé, bien évidemment.

Petit bonheur, comme moi, aime beaucoup les livres. Il aime qu’on lui lise de courtes histoires (encore une tistoire) tout autant qu’il a plaisir à décrire ce qu’il observe au fil des pages.

En ce moment Petit bonheur aimerait mettre des mots sur les émotions, les siennes et celle qu’il observe. Il dit très souvent qu’il a peur, (des crocodiles, du dessin animé de Tchoupi qui se déguise, de la perceuse, du mixer à soupe). On va trouver des supports pour développer le vocabulaire des sentiments.

On a eu une période de repas « sélectifs », où j’ai dû ruser pour lui faire manger certains légumes (qu’il adorait pourtant), en les proposant mixés ou en « sauce ». Faute de quoi haricots, fenouil ou épinards étaient refusés pour cause de ficelle! Les choses vont en s’améliorant. Tout n’est que passager, ouf!

Le grand changement ces derniers mois, c’est la patience. Petit bonheur est maintenant capable d’attendre un peu avant le petit déjeuner. On revit de ne plus avoir à préparer de bib dans les hurlements. Certains matins, Petit bonheur bouquine ou joue avant de boire son lait. Il adore mettre la table pour que l’on prenne le ptit dej en famille et sait que le pot de confiture que l’on confie est fragile. Il a également intégré aussi que son repas puisse être terminé même s’il y a encore de la nourriture sur la table! Il sort de table et va se laver les mains seul, le matin, avant d’aller jouer avec sa sœur.

Les balades se font encore en poussette double, lorsque je suis seule avec Petit bonheur et Jolie douceur. Lorsqu’on est tous les quatre en revanche il veut marcher, marcher, marcher. Il faut s’armer de patience pour les + longs trajets où fatigué, il refuse d’avancer mais ne se résigne pas à monter dans la poussette. La tablette nous guette!

On traverse une phase intéressante, où Petit bonheur obéit. Comme il est de nature déterminé il tente de vérifier si les limites sont bien posées ou n’ont pas changé (en 5 minutes) mais globalement l’autorité peut être posée sans heurt.

Petit bonheur est soucieux d’équité et d’attention et cela m’interroge quant à mon positionnement. Si ça sœur se met en danger, il essaie pour voir notre réaction, alors qu’il sait que ce n’est pas permis (et qu’il ne met plus d’objet à la bouche depuis longtemps par exemple). Si sa sœur joue il veut le même jeu. S’il joue il ne veut spontanément pas partager/ prêter. Si je lui dis de mettre son doudou dans son lit, il s’assure que sa sœur n’ait pas le sien non plus (quitte à lui prendre des mains pour le mettre dans son lit à elle). On rassure, on explique, on répète les règles encore et encore.

Petit bonheur aime jouer avec la petite cuisine et me servir le café. Ce qu’il préfère c’est que l’on trinque. Tchin mon Petit bonheur chéri!  Il aime jouer aux voitures (avec le tracteur rouge) et balader bébé dans la poussette ou encore assembler le train duplo.

Il adore dessiner à côté de moi lorsque je m’occupe des papiers et réclame souvent la pâte à modeler pour que l’on fasse des boules.

Petit bonheur dit parfois dodo puis dodo non. Il veut bouquiner dans son lit au moment de la sieste puis dort bien et ne se réveille quasi jamais lorsque Jolie douceur termine sa (courte) sieste. Par contre c’est elle que je dois coucher en premier. C’est important pour lui de voir qu’elle dort aussi. Les rituels le rassure.

Je me souviens de ses premiers mois, je me disais qu’il ne serait plus jamais aussi petit. Il grandit, grandit, grandit. Et je dois dire que je trouve ça chouette de partager chaque jour de nouvelles découvertes et activités avec lui. Notre relation s’enrichit, même si  à chaque stade l’impression que ça ne pourrait pas être mieux, tant je suis heureuse de ce que l’on vit ensemble.

712

MES GONES

L’anniversaire de Petit bonheur

Petit bonheur a eu deux ans.

Il a d’abord fêté ça à la crèche avec ses potes. Il était fier et tout heureux de me raconter à sa façon qu’il avait soufflé sa bougie et mangé du gâteau (confectionné sur place).

Dimanche dernier on a fêté ses deux ans en famille, à l’heure du goûter. On a limité le nombre d’invités, nous étions 20 au final, dont 8 enfants (principalement des moins de 3 ans), c’est déjà beaucoup.

Comme prévu je n’ai pas fait de sweet table (à deux ans est-ce nécessaire?), ni même de décoration à thème. J’avais prévu des assiettes en carton, des gobelets, des serviettes en papier, unis, tout ce qu’il y a de + simple. Il y avait une guirlande « Joyeux anniversaire » (un peu kitch) et une farandole de ballons multicolores improvisée par Mister bonheur. C’était joyeux, adapté à son âge.

J’avais confectionné des petites cartes (une par couple ou famille), selon l’idée de capsule temporaire de Maman taupe. Petit bonheur découvrira les petits mots quand il sera grand, à 20 ans.

Le gâteau fait par Mister bonheur était magnifique et délicieux. Aussi beau que bon, validé à l’unanimité.

On a chanté. Il a soufflé ses bougies et applaudi. On a bu du champagne, de la limonade ou du jus de fruit.

Petit bonheur a évidemment eu plein de cadeaux et des étoiles dans les yeux en les ouvrant.

Les enfants ont joué, joué, joué. Tout le monde à passé un bon moment et chacun a spontanément rangé quelque chose avant de partir, si bien qu’il ne nous restait plus qu’à nettoyer la table et mettre les coupes au lave vaisselle. Royal!

Petit bonheur a eu deux ans. Il était entouré de ceux qui l’aiment, pour le célébrer, petit tourbillon de vie, tourbillon de joie.

084

BLA BLA BLA, MES GONES

Deux ans

Deux ans, mon tout petit. Mon déjà grand.

Deux ans d’émotions, plus bien plus fortes que tout ce qu’on a connu avant.

Avant toi. Comme si cette vie là n’avait jamais existé.

Je repense avec tendresse à tout ce chemin que tu as fait, depuis ton premier souffle, depuis notre rencontre.

Je n’ai plus peur, cette force extraordinaire de vie, tu l’incarnes à merveille avec détermination.

Deux ans mon trésor joli. C’est beaucoup et pourtant encore petit.

Deux ans de joie, deux ans de toi.

179

ETRE PARENTS

Ca c’était avant…

Avant j’aimais le changement d’heure, mais ça c’était avant…

Avant j’étais contre la tétine à d’autres moments que pour la sieste, mais ça c’était avant…

Avant je faisais des grass’ mat’ le dimanche, mais ça c’était avant…

Avant, me lever à 7 h c’était me lever tôt, mais ça c’était avant…

Avant, me coucher avant minuit c’était me coucher tôt, mais ça c’était avant…

Avant, je ne parlais pas de caca avec mon amoureux, mais ça c’était avant…

Avant je ne trouvais pas que faire les courses SEULE c’était reposant, mais ça c’était avant…

Avant quand je faisais du shopping, j’achetais des trucs pour moi, mais ça c’était avant…

Avant le frigo n’était pas envahi de petits suisses, mais ça c’était avant…

Avant sur l’étagère au dessus de la baignoire il n’y avait pas d’animaux éclabousseurs, mais ça c’était avant…

Avant mon salon ne ressemblait pas à une micro crèche, mais ça c’était avant…

Avant je ne passais pas mon temps à ramasser des trucs par terre, mais ça c’était avant…

Avant je n’avais jamais mis les pieds dans un magasin de puériculture, mais ça c’était avant…

Avant il n’y avait pas de couche/hochet/tétine dans mon sac à main, mais ça c’était avant…

Avant je me baladais sur les blogs mode, mais ça c’était avant…

Avant, on réservait de temps en temps un très bel hôtel sur booking et on partait en week end en Europe, mais ça c’était avant…

Avant je ne cherchais pas de resto où débarquer avec une poussette, mais ça c’était avant…

Avant je trouvais chiant que les gens parlent de leurs enfants, mais ça c’était avant…

Avant je ne connaissais pas cette joie incomensurable du retour du silence lorsque qu’il est 20h, mais ça c’était avant…

Avant je lisais plein de bouquins, j’avais du temps, mais ça c’était avant…

Avant on avait une vieille décapotable de 1997, pas bien étanche quand il pleuvait, mais ça c’était avant…

Avant je n’avais pas de cheveux blancs, mais ça c’était avant…

Avant je ne connaissais pas le liniment, mais ça c’était avant…

Avant j’avais un peu peur des responsabilités, mais ça c’était avant…

Avant j’avais des principes, mais ça c’était avant…

Avant je jugeais facilement les parents, mais ça c’était avant…

Avant je ne savais pas à quel point j’étais patiente, mais ça c’était avant…

Avant je ne m’émervellais pas aussi facilement, mais ça c’était avant…

Avant je croyais que j’étais heureuse, sans vraiment savoir ce qu’est le bonheur, mais ça c’était avant…