ASSISTANTE MATERNELLE, BONHEURS, ETRE PARENTS, REAL LIFE

Simplifier et fluidifier

20140818_160502

Un an que j’ai commencé cet article. Ca me prend chaque année cette histoire de ménage de printemps. Enfin là c’est un peu + que ça…

Un an que je fais de mon mieux pour alléger, simplifier, fluidifier le quotidien par petites touches.

Les spécialistes en la matière recommandent de procéder d’un coup, moi je fonctionne par étapes…

Chi va piano va sano e lontano comme on dit en italien.

J’ai adopté le mode de rangement de Marie kondo  pour certains tiroirs : vêtements des enfants, bavoirs, serviettes de toilette et dans mon dressing pour les jeans et tee shirts. Alors non ce n’est pas rangé une fois pour toutes (pas chez moi en tous cas!) mais effectivement c’est plus net et le bazar revient moins vite. Donc je valide. Là je teste la capsule wardrobe, vous connaissez?

Côté tri, au fil des mois j’ai donné et vendu les derniers vêtements de bébé. Actuellement Jolie douceur et Petit bonheur ont chacun deux tiroirs de commodes pour leur garde robe de saison, un tiroir de sapes « pour plus tard » achetées à petit prix ou récupérées et un carton de taille moyenne de vêtements souvenirs !

Je pourrais aller plus loin en achetant sans anticipation en fonction des besoins réels du moment et si possible plus local et éthique. Si ça se trouve se serait tout aussi économique (en achetant d’avance il y a parfois des ratés). Si vous avez des pistes pour avancer dans ce sens, parce que je ne sais pas trop où me tourner et je préfère limiter le budget au profit de loisirs…

Côté bibliothèque il y a eu un gros tri, j’ai fait tourné et donné des livres mais là c’est plus fort que moi, les livres reviennent encore plus nombreux et la billy déborde à nouveau…

Côté boulot j’ai tâtonné, là encore je suis en chemin pour trouver l’organisation optimale. Je ressens l’envie de cloisonner davantage ma vie familiale et professionnelle. C’est plus simple et on préserve du temps de qualité pour chacun (notamment le temps que les enfants passent en fin de journée avec leur père).

A l’avenir j’envisage de réduire le temps de travail une partie des vacances scolaires (et alléger également la facture du centre aéré) pour passer du temps à notre rythme avec les enfants hors période scolaire.

Côté boulot encore, j’arrive à une (relative) autonomie financière. Je me sens plus libre (zéro culpabilité à m’offrir une soirée mensuelle rien que pour moi même s’il faut appeler la babysitter) …

Au niveau du quotidien : on se fait livrer les courses environ deux fois par mois. Un gros plein (les produits de bases en quantité) qui arrive direct dans la cuisine si ça ce n’est pas se simplifier la vie 😉

Coté alimentation, en un an j’ai intégré plusieurs changements, tout doucement, au fur et à mesure une fois encore. On mange simple, avec plus de diversité et on a intégré des collations fruits.

J’ai tenté sans succès la planification de menus. Bof! J’y reviendrais peut être. Des pistes pour me motiver?

Simplification aussi du côté de l’épanouissement personnel. Mister B prend régulièrement du temps pour lui et moi de même. Soit on se relaie pour les enfants, soit on prend une bbsitter. Tout cela est beaucoup + facile maintenant et lui comme moi, on sait gérer seul et les enfants sont plus grands .

Avoir chacun, les enfants comme les parents, des activités de son côté permet de se retrouver, d’apprécier le temps passé ensemble. Il faut parfois se séparer un peu pour retrouver la joie d’être ensemble.

Mais le plus gros changement pour moi c’est le matin qui a pris un goût de miracle morning et si vous me lisez depuis longtemps vous savez qu’on part de loin…

Publicités
ASSISTANTE MATERNELLE, BONHEURS, REAL LIFE

Mars

20150512_165757En mars j’ai eu envie d’écrire sur le blog, sur mes choix de vie, les points à améliorer, sur les enfants qui grandissent, sur les voyages que j’ai envie de faire, de partager des recettes et de faire évoluer le blog. Et puis on a passé deux semaines sans internet (enfin avec des smartphone) ni télé et on l’a bien vécu!

En mars je suis allée plusieurs fois par semaine au parc tôt le matin, avant de commencer le travail. C’est tellement ressourçant d’avoir un moment seule avec moi-même dans la journée. Je marche et je médite. En fait, je suis du matin (si j’ai suffisamment dormi!) j’adore le calme de la nature qui s’éveille.

En mars j’ai changé mon organisation côté boulot. La période d’adaptation est un moment sensible qui me demande beaucoup de patience et de ressources (d’où l’intérêt d’aller au parc le matin!) tout au long de la journée pour que chacun se sente choyé.

En mars, c’était intense mais j’ai kiffé: mon job, les balades dès que possible, les mini sessions yoga, les petits bricolages pour les petites occasions (anniversaire, chasse aux œufs etc) et tous ces petits moments privilégiés avec les enfants.

En mars j’ai récupéré mon Thermomix et revoilà l’envie de cuisiner. Pizza, goûters maison, plats qui cuisent seuls, crudités hachées, ça facile bien la vie. Envie de tester les yaourts et réduir grandement les déchets!

En mars j’ai proposé de nouveaux outils : le crocodiles des émotions et le bâton de parole,(à table pour parler de la journée, pendant l’histoire). Succès!

En mars j’ai pris du temps pour moi, deux soirées,  une journée géniale de formation sophrologie suivie d’un bel après midi à papoter autour d’un thé avec deux amies.

En mars j’ai vu Demain au ciné. Demain m’a bouleversée. La salle était pleine, l’émotion palpable. Grandiose!

En mars j’ai donné les dernières affaires de bébé, fait de la place encore. J’ai fait circuler des objets entre des personnes qui ne se connaissent pas et été touchée par la gentillesse et la générosité spontanée. J’ai vendu/troqué une table contre des tickets restau, et pris des renseignements pour acquérir des gonettes, la monnaie locale.

En mars on a passé un weekend à la montagne, trouvé un gîte fantastique et abordable la veille . Un luxe que de voir l’émerveillement dans leurs yeux, leurs rires. Un moment commun à tous de joie. Faire de la luge, d’être ensemble.

 

REAL LIFE

Ouf c’est bientôt Noël

168

On a commencé ce weekend les premières festivités.

Si j’ai adoré ce mois de décembre, les préparatifs de Noël en mode consommons à tout va commencent à me pomper l’air!

Cette année ça se goupille plutôt bien, puisqu’on est invité (en apportant à chaque fois un plat) et qu’on a « seulement » 2 grosses réunions de famille. Bien que joyeux, ces moments sont toujours éprouvants pour moi qui ne supporte pas trop le brouhaha, et avec les enfants en bas âges c’est pas évident de « profiter » quand on est nombreux.

Je n’ai pas prévu de tenue spéciales fêtes, ni pour moi ni pour les enfants, mais rassurez-vous, on ne se laissera pas aller.

J’ai vu large sur le papier cadeau et bolduc mais pas tant que ça finalement… Une bonne vingtaine de paquets sont emballés mais tout n’est pas bouclé. du tout.

Nous avons confectionné avec les enfants quelques petits objets ou gourmandises à offrir, pour ceux qui savent apprécier les présents home made et l’amour mis dedans.

J’aime avoir une petite attention pour chacun, mais peut être serait-il sage de revoir l’organisation pour les années qui viennent (prévoir des cadeaux communs, ou faire un tirage au sort pour les oncles tantes etc?) histoire de vivre un Noël en mode slow life, un peu plus réfléchit sans se speeder et éviter de passer par la case cadeau de dernière minute.

 

MES GONES, REAL LIFE

Un matin en solo

C’est pas tous les matins pareil, mais parfois les matins en solo du vendredi ressemblent à celui d’aujourd’hui…

5h50 Petit bonheur débarque dans notre lit. Il veut un câlin, ne veut pas retourner dans son lit, il a peur du noir.

6h le réveil de Mister b sonne. Arf! Je lui glisse un prépare les bibs stp avant d’y aller.

6h01 Jolie douceur pleure, son frère n’est pas là, la journée a commencé alors?

6h05 Mister bonheur accompagne Petit bonheur et lui explique qu’il n’est pas obligé de dormir mais qu’il doit rester dans son lit en silence (concept de silence intégré à l’école).

6h15 Petit bonheur débarque, il faut lui changer sa couche…

6h16 Je fais chauffer les bibs, préparés pendant que Petit bonheur m’attend à la salle de bain.

6h17 J’ai les yeux encore collés et les mains dans la m… pendant que Jolie douceur hurle à côté pour que je vienne la chercher.

6h18 Je décide que ce sera une bonne journée. Tant pis pour le réveil en fanfare.

6h19 J’installe les enfants dans mon lit et on se fait un gros câlin tous les trois.

6h25 Petit bonheur est en pleine forme et nous fait découvrir les chansons apprises à l’école.

6h30 J’apporte les bibs. Ce matin on traine un peu, on se câline encore un peu sous la couette.

6h31 J’ai de la chance de démarrer la journée avec ces deux là.

6h44 Je leur demande d’apporter leurs bibs à la cuisine.

6h45 J’accompagne Jolie douceur aux toilettes et supervise l’habillage de Petit bonheur pendant ce temps.

6h47 Mets tes chaussettes. C’est çui là de pied? oui.

6h55 J’habille Jolie douceur, on chante la chansons des petits boutons en mettant le gilet.

7h05 je me fais chauffer un thé. Bah oui, quand même! Et je lave les bib.

7h10 Je mets du linge dans le sèche linge.

7h15 Je vide le lave vaisselle.

7h16 Les enfants se courent après dans l’appart. Stoooop! Je leur propose de manger. Petit bonheur veut une banane. Jolie douceur aussi, évidemment.

7h25 OK pour un petit dessin animé mais avant pipi, lavage des mains, dents, bouille. Oui  viens toi aussi ma Douce.

7h30 Je lance un dvd, le temps de prendre une douche rapide.

7h40 Je bois mon thé qui a refroidi, parfait.

7h45 Jolie douceur demande de l’aide pour mettre son manteau, j’informe Petit bonheur qu’on part dans 5′, il est l’heure de mettre les chaussures…

7h46: C’est çui là de pied maman? Oui mon chéri.

7h50 Il faut y aller. Jolie douceur ne veut pas mettre sa cagoule (oui on la comprend mais ça tient chaud!) et préfère son bonnet. Plus le temps de négocier, j’embarque quand même la cagoule.

7h54 On peut descendre à pieds maman? Non pas ce matin, on prend l’ascenseur.

7h57 Petit bonheur veut s’installer dans la poussette (parke j’ai chatigué moua!) Jolie douceur veut se tenir à côté. Ok c’est parti.

8h L’allure est soutenue, Jolie douceur accepte de monter sur la planche à roulettes.

8h10: Arrivée à la crèche, déshabillage, gestion de crise (j’ai osé déboutonné le gilet plein de banane soit dit en passant)

8h30: Ecole, déshabillage, passage aux toilettes, deux bisous et deux câlins.

Ca y est mon vendredi va commencer 😉

20140925_145727
Ouf c’était pas ce matin 😉

 

ASSISTANTE MATERNELLE, MES GONES

A l’heure des repas

Enceinte de Jolie douceur je me demandais comment j’allais gérer le repas seule (Mister bonheur est cuisinier pour ceux du fond, donc les repas c’est moi qui gère midi et soir) avec un enfant de quinze mois pas patient du tout quand il a faim (oui je sais de qui il tient ça) et un nouveau né à allaiter.

Et puis vers 12/13 mois Petit bonheur a eu envie furieusement de manger seul.

C’est une expérience sensorielle fascinante d’attraper les petits morceaux avec les doigts d’abord, puis avec la cuillère.

Une cuillère chacun (une pour lui, une pour moi) au début, puis une seule, la sienne. Le but n’est pas que le repas dure 1h mais que l’enfant prenne du plaisir à se nourrir. J’aidais un peu à la remplir puis il a su se débrouiller avec l’entraînement.

Ma grand mère (qui en connaissait un rayon en petits) m’avait conseillé de lui donné une cuillière et un pot de compote vide après le repas (comme ça il est occupé pendant que je nettoie les dégâts!) pour s’entrainer à viser la bouche et préciser les gestes.

J’ai suivi son rythme, je ne sais pas à quel âge précisément les enfants sont sensés manger seul. Quand ils sont prêts et demandeurs on se lance, voilà!

Bon cette étape est très, très, très salissante (mieux vaut prévoir du riz, de la semoule ou un plat à la tomate quand on a fait une bonne nuit et qu’on est en forme!!) et demande beaucoup de patience (l’apprentissage se fait sur plusieurs semaines/mois) et de lâcher prise. Il faut prévoir de nettoyer la cuisine après chaque repas (ceci dit c’est encore d’actualité), et éventuellement de les changer parce que même avec un bavoir récupérateur, il peut y avoir des loupés.

Pour Mister bonheur c’était très agaçant de voir les enfants barbouillés et il aurait tendance à leur donner la becquée, par facilité. Mais bon c’est en faisant et refaisant qu’on apprend, que le geste se précise et qu’ils deviennent autonomes, non?

Quand Jolie douceur est née, Petit bonheur pouvait donc manger seul, dans mon champ de vision, sans avoir à patienter, avec un peu d’aide, pour rassembler les dernières cuillérées de nourriture. Comme Petit bonheur n’aime pas avoir les mains ou la bouche sale, il a vite appris à se perfectionner!

Jolie douceur a suivi le même chemin, elle a débuté son apprentissage vers 13 mois. Elle a d’abord voulu attraper la cuillère, puis ne plus la rendre et faire seule. A 20 mois maintenant elle mange seule avec les couverts appropriés et réclame depuis un moment MA fougette si j’oublie. Ca ne la gêne pas d’avoir une belle moustache de petit suisse 😉

Depuis quelques mois, j’ai trois petits estomacs affamés à remplir le midi. Je m’active pour servir les grands, et je donne le repas du mini pouce (9 mois), qui commence juste à mettre les doigts dans la purée, pendant que Jolie douceur et Petit bonheur mangent à côté de nous. Il faut encore driver un peu pour éviter les catastrophes (prend un petit morceau dans ta cuillère, non là c’est trop gros, mâche encore, souffle si tu trouves que c’est chaud, tiens bien ton pot avec ta main) et encourager mais c’est une stratégie gagnante.

Du côté des assiettes, c’est avec cette étape du manger seul que les enfants se sont intéressés à plein d’aliments nouveaux (Jolie douceur adooore les fromages forts!) et qu’on a lâché prise avec les recommandations du pédiatre, que je suivais scrupuleusement à la lettre au départ, pour fonctionner au feeling. Ce n’est pas une vraie DME (diversification menée par l’enfant) dans le sens où ils sont passés par l’étape purée et que je n’ai pas proposé de morceau avant de les sentir prêts mais chez nous ça a bien fonctionné ainsi. A depuis qu’elle a 15/18 mois Jolie douceur mange vraiment de tout, comme nous. Elle en a envie et ça facilite drôlement la vie.

Et chez vous, ça se passe comment à l’heure du repas?

 

20140529_114129

012

 

 

ETRE PARENTS, LOVE ETC...

Les enfants, le boulot, le couple

Un weekend child free pour se retrouver, pour être ensemble, pour être bien.

On parle beaucoup de la fatigue, de l’épuisement qui suivent une naissance. Mais la tornade pour le couple reste un peu taboue, non?

On croyait être forts, on a sacrément ramassé à l’arrivée de Petit bonheur, un bébé aux besoins intenses, qui bousculait complètement notre mode de vie.
Et puis Jolie douceur. Un bébé facile. Pourtant un nouvel équilibre à trouver. A quatre.

L’impression de se perdre, d’être dans une spirale, de s’oublier. Un trop plein d’émotions à canaliser.
Ne plus savoir pourquoi on s’aime. Des larmes, des cris, des mots durs et des valises qu’on fait dans sa tête.
Se souvenirs des jours heureux en attendant que l’éclaircie se transforme en beau temps.

Ce weekend, child free j’ai retrouvé mon amoureux. L’homme avec qui j’ai eu envie d’avoir des enfants.
L’homme doux, attentionné, à l’écoute et compréhensif. Celui que je retrouve à chaque fois en escapade.
Insérer le couple dans le quotidien familial c’est un autre défi.

Les enfants au taquet tout juste récupérés (et épuisés), le boulot avec un peu + d’intensité et le quotidien chaud cacao (le réveil à 6h, 3 enfants toute la journée, une tonne de bêtises, 10 repas par jour à eux trois, un protocole pour la sieste, 2 bains, l’aspirateur et les sols, les valises à défaire, 5 machines en 24 heures, le frigo à remplir).
La fatigue qui revient si vite avec ce rythme dur à tenir, surtout lorsqu’on relâche un peu. Savoir que les moments de rush sont passagers et de + en + brefs, et surtout qu’on sait les gérer.
Laisser passer les nuages et rester soudés.

Ajouter une journée de crèche pour Jolie douceur, où elle adore aller, pour se faciliter la vie.

Faire des listes pour les vacances.

Anticiper. Retrouver ses marques.

Laisser une place grandissante au couple dans la famille au fil des semaines.

20140713_185522

EN CUISINE

Un anniversaire au top avec Be chef kids

20140711_192826

Le weekend dernier on a remué ciel et terre pour faire garder les enfants et partir en amoureux avec Mister bonheur pour son anniversaire. Un très (très) chouette programme nous attendait (et une bouteille de champ’ dans la valise)

J’avais quand même envie de faire un petit quelque chose avec les enfants, pour marquer le coup en famille.

Donc quand Be chef m’a gentiment proposé de tester son concept anniversaire, j’ai dit oui. A la base, le concept est prévu pour l’anniversaire des petits mais même les grands ont droit à un joli gâteau, non?!

J’ai donc choisi sur le site le gâteau que l’on réaliserait avec mes petits assistants.

Le roulé me plaisait bien mais Petit bonheur n’aime pas la confiture. Le gâteau choco-chocolat m’a semblé plus accessible et je savais qu’il plairait.

Be chef nous a livré le kit pour confectionner le gâteau à l’heure choisie (pas comme le facteur qui vient TOUJOURS sonner pendant la sieste).
J’aurais pu passer à la boutique qui est dans mon quartier, mais j’ai vraiment apprécié de ne pas avoir à me trimballer le sac en plus des trois loupiots excités.

Après un réveil général à 5h40 (coucou les dents de Jolie douceur) j’ai proposé aux enfants de faire le gâteau, bien qu’un peu au radar, pendant que Mister bonheur avait le privilège de roupiller encore quelques heures.

Petit bonheur, qui adore cuisiner, est allé chercher son marche pied illico presto. On fait la quiche maman? Non pas cette fois. On va faire un gâteau d’anniversaire pour papa. Tout seul maman. Oui (presque) mon chat.

Pour une fois on avait tout sous la main (des produits frais s’il vous plait) ça change! On a beau avoir notre petit restau, chez nous il manque souvent un ingrédient (oui même des œufs, du sucre ou de la farine) pour réaliser une recette aussi simple soit-elle.

Avec le kit, tout est pré-préparé et dosé. Je trouve que ça aide drôlement pour cuisiner avec les petits et ça simplifie la vie côté nettoyage.

Je n’avais pas de moule rond (il doit être planqué avec nos petites cuillères à mon avis) (par contre j’ai une mandoline, un couteau électrique et d’autres ustensiles que je n’utilise jamais) mais ça l’a fait quand même.

On a suivi les instructions, c’était fastoche, même pour mon deuzan et demi.

Au bout de 25 minutes à 150° (temps de cuisson prévu) le gâteau n’était pas cuit (à cause du moule rectangulaire moins large que prévu?). Au bout de 45 minutes, quand je l’ai démoulé non plus. Oups! J’ai remis le gâteau dans le moule et un peu plus tard c’était bon. Très bon même et avec le glaçage ni vu ni connu!

20140711_192840

20140711_192951 (1)

20140712_071001
verser tout seul
20140712_071228
casser les oeufs
20140712_071333
tourner
20140712_071321
très vite
20140712_093037
et voilà!

Mister bonheur était drôlement ému et Petit bonheur a soufflé trois fois les bougies après avoir chanté « joyeux niversaiiiire »!