BONHEURS

Maman médite

Avant eux j’avais une autre vie. D’abord une toute autre carrière qui se dessinait puis finalement une pause, une (grosse) remise en questions et un changement de direction.

La découverte de la spiritualité, de la méditation, de nombreux outils de développement personnel (CNV, EFT, Hoponopono, accorts tolèques et j’en passe) et du Reiki.

Et puis Petit bonheur, le restau et une reconversion professionnelle pour moi (assistante maternelle) et très vite l’arrivée de Jolie douceur.

Puis quatre ans a m’occuper de toutes ces nouveautés et le développement personnel mis entre parenthèse, ou plutôt le travail sur moi à pris d’autres formes, bien concrètes 😉

Et puis… prendre le temps de méditer pendant la sieste. Prendre le temps pour rien, et apprécier, vibrer. Apprécier le moment et apprécier la fluidité qui vient après, le temps qui semble s’allonger ou alors c’est moi qui gère différemment et qui n’ai plus besoin de speeder et j’arrive à être + souvent zen en fin de journée (surtout si j’ai démarré en douceur au réveil)!

Comment ai-je pu oublier que la méditation était ma clé quand je n’ai pas l’temps, pas l’ temps?!

566

BLA BLA BLA, BONHEURS

Le kif du lundi matin

388

Ce matin je me suis réveillée avant tout le monde. J’avais trente minutes devant moi avant que le réveil qui annonce le top départ de la journée aux enfants (et la permission de se lever) sonne.

J’ai adoré ce moment de calme. J’ai eu le temps de méditer, de préparer le petit déjeuner avant de dire bonjour aux marmailloux encore ensommeillés.

J’ai mis Irma en fond sonore et filé sous la douche pendant qu’ils faisaient un câlin avec leur papa.

Prendre le temps avant de commencer la journée ça change tout, surtout côté fluidité! Retrouver la sensation de diriger sa vie et non pas de la subir…

J’ai réussi à tout faire, prendre le petit dej en famille, les habiller et faire la toilette tranquillement et on avait même encore le temps, une première pour un lundi matin 😉

Un début de journée comme ça, assurément c’est un de mes kifs du jour!

 

REAL LIFE

Ralentir

Toujours plus vite. Toujours mieux. Etre efficace et parfait(e).

Les nuits, le nombre de dents, la motricité, s’habiller, finir le petit déj, aller à l’école, ne pas être en retard, en retard…

Dépêches-toi!

Prendre le temps de s’arrêter un instant.

Les regarder se fondre dans l’action, s’absorber dans le processus, être tout à ce qu’il font. Observer leurs gestes, l’envie de faire sans se soucier du résultat.

Empiler des cubes, faire des constructions, transvaser, coller des gommettes, accrocher les wagons d’un train, boutonner un pyjama.

Prendre le temps qu’il faut, mettre tout son cœur, sans se poser de question, sans soucier du résultat…

Avancer à petits pas, un pas après l’autre et finalement parcourir un bon bout de chemin.

Dormir assez, d’un trait et réussir à m’organiser pour ralentir. Oublier quelques minutes tout ce qu’il faut encore faire. Me centrer sur l’être. Prendre le temps de méditer, de faire du reiki comme avant, comme avant eux. Vibrer.

Et être toujours aussi étonnée de constater que ces moments ne sont pas du temps perdu et que s’arrêter aide à mieux avancer, plus centrée.

Etre là, ici et maintenant.

20150131_112329

 

 

BELLE ET ZEN

Et puis… moi d’abord!

Les mamaaaans, les chouineries, les « chérie tu sais où est… », les « y a plus de café? » ça va bien cinq minutes.

Les enfants grandissent et j’ai envie de penser à ma pomme.

Ce matin je tombe sur cette phrase: « T’accorder la priorité ce n’est pas ce que tu appelles l’égoïsme, c’est la conscience de toi-même ». Neale Donald Walsch.

Une bonne dose d’égoïsme ou de conscience de soi, appelez ça comme vous voudrez…
Voilà j’y suis. J’ose m’accorder la priorité, de plus en plus souvent. Je m’étais dis que ça ne m’arriverait pas, que je ne m’oublierais pas. Et puis…j’ai fait comme j’ai pu.

Avec deux enfants rapprochés, le boulot, le quotidien ce n’est pas/plus spontané de me donner la priorité et je dois me le rappeler souvent.
Un pas après l’autre, c’est déjà un pas vers moi…

Boire mon jus de citron matinal avant de vérifier si le linge dans le sèche linge est sec.
Sec ou pas il peut bien attendre trois minutes ce linge, non?

Prendre temps pour une méditation guidée pendant la sieste des petits ou le vendredi.
C’est un peu le monde à l’envers: moins j’ai le temps moins je médite alors que par expérience je SAIS que c’est l’exact contraire + je médite + j’ai le temps…

Pratiquer le reiki.

Ressortir mon bol tibétain. Et mon carnet de mandalas.

Prendre des bains aux sels de fleurs de bach qui sentent si bon. Gommer, hydrater.

Me mettre de la crème sur les pieds avant d’aller me coucher.

Faire du shopping pour moi aussi.

M’offrir le temps de rêver.

Cuisiner avec plaisir et plus uniquement par nécessité à la va-vite. Et m’autoriser l’option coquillette si ça me facilite la vie. Et alors?!

Et mille autres petites choses.

J’ai envie de me permettre la réussite, de cultiver la bienveillance envers moi-même.
C’est bien beau de vouloir éduquer mes enfants avec bienveillance mais comment leur transmettre si je ne le suis pas envers moi-même. La base  passe par l’exemple, non?

20140630_145713