LOVE ETC..., TRAVEL

De vraies vacances à quatre c’est possible?

Nos premières vacances en famille, à trois, nous les avons passé en Italie. On avait voyagé de nuit (non le retour de nuit n’était pas une super idée…) et  Petit bonheur à 9 mois était bien tonique et dormait comme un loir, assommé par la chaleur. J’attendais Jolie douceur… On allait à la plage tôt le matin, on siestait et on ressortait le soir, en mode méditéranéen.

Les deux années suivantes, on a opté pour la Bretagne. On était archi crevé et mes parents nous ont laissé faire de bonnes nuits (reconnaissance éternelle). La première année on est parti un weekend en amoureux et cinq jours l’année suivante. La perspective de dormir et de se retrouver à deux motive pour faire un tel voyage avec deux petits.

Mis à part ces breaks à deux, les journées étaient tellement intenses avec les enfants que je ne garde pas le souvenir d’un sentiment de « vraies vacances » bien qu’on aient passé plein de super moments.

On a fait de nombreuses virées à quatre et quelques sorties à la journée avec l’un ou l’autre des enfants, c’était l’occasion de passer du temps privilégié avec chacun. Mais c’était bien relou pour des vacances. Petit bonheur se détachait sur l’autoroute (comment augmenter la tension parentale en moins de deux), hurlait de fatigue dans la poussette (alors que TOUS les enfants croisés dormaient profondément. L’air marin…)  Et puis cette logistique qui rend tout un peu plus compliqué.

L’année dernière le sommeil des enfants était vraiment chaotique et même si on a essayé de profiter, ça nous a lessivé, d’ailleurs j’avais hâte de rentrer!

Cette année j’entrevois de nouvelles perspectives, plus douces et joyeuses. On s’est fait quelques escapades au goût de vacances et on a tous kiffé. On arrive à être bien à quatre, en acceptant d’être disponible, de remettre parfois à plus tard le moment de bouquiner peinard, quand ils joueront tranquillement.

On peut à nouveau tenter de sortir (pas trop tard) le soir, on se sent un peu plus libre, maintenant qu’on a plus de couches à changer, de poussette à trimbaler (quoique des fois ça nous rend encore service), de chaise haute à prévoir, que les enfants mangent seuls, sont relativement autonomes et parlent.

J’ai vu des familles (pas dans la même configuration ceci dit) kiffer, mais pour nous clairement la toute petite enfance était sport. On s’en doutait, c’est autre chose de le vivre. Ca y est, ça va. Il y a encore des journées passe à trav’, mais elles sont de plus en plus rares. Un jour j’ai décidé de profiter de chaque jour, peu importe les circonstances, et qu’on avait pas besoin d’attendre d’être à deux pour passer un bon moment, y compris en couple.

Alors cette année pas de break à deux au programme mais trois semaines avec les enfants en Nitalie. Et l’intuition que ça va être génial!

061

BLA BLA BLA

Juin

En juin on a ouvert la saison des baignades. Si ça continue on va écrire un guide! Attention, c’est parti :

Piscine de Vaise un vendredi entre midi et deux pour moi (j’ai visé un peu haut avec la piscine olympique!) et baignades en famille à Vaugneray, à l’ espace aquatique de Trévoux, à la piscine naturelle de Beaune, dans la rivière d’Ain (avec les sandales) fraîche et peu profonde et balade vers le très joli lac d’Aiguebelette (mais pas de plouf il faisait frisquet).

Pas de doute, les enfants ont grandi et c’était vraiment chouette de les voir patauger ou de se baigner tous ensemble, par contre faut encore être 2 et en gérer un chacun… Plus rien à voir avec l’année dernière ou les rares sessions aquatiques nous avaient achevés! Petit bonheur (3 ans 1/2)  adore sauter dans la piscine et Jolie douceur (2 ans) a très vite pris confiance et nage avec ses brassards comme un poisson dans l’eau.

Côté food: des lasagnes parce que ça faisait trop longtemps, des crudités, des saucisses, des poêlées fouzitou (et IG bas), des fraises, des fraises, des fraises, des légumes nouveaux, des salades yummy avec de l’avocat, de la coriandre, des pistaches, des taboulés de quinoa, des poivrons grillés marinés, une tarte miel, tomates, herbes de provence et chèvre, du sorbet maison yaourt/cerise ou banane/crème de coco, des clafoutis denoyautés, des madeleines, un cheesecake au tofu. Mioum!

En juin j’ai passé beaucoup de temps dehors, au parc, en balade, dans la nature. L’appel du jardin se fait sentir et il faudra bien se décider un jour (soit rester à Lyon et trouver un petit bout de campagne à nous pour le weekend, soit s’installer en dehors de la ville). En attendant je cueille, des fleurs des champs, des galets, de bouts de bois pour des hypothétiques bricolages (heureusement que j’ai fait du tri et de la place…) Bref.

En Juin j’ai rempli plein de dossiers: ré-inscription de Jolie douceur avec les dizaines de pages à imprimer et signer à l’identique chaque année, les mêmes documents à fournir. Idem pour la cantine et le périsco du vendredi pour Petit bonheur. Inscription (à confirmer si l’activité est maintenue, je croise les doigts) à « l’éveil cirque » du mercredi pour Petit bonheur. Pas de doute, quand t’as des gosses, la rentrée se prépare en juin…

En parlant de rentrée et de papiers,  je vais accueillir deux enfants après l’école en + du mini pouce.

J’ai adoré Vice versa au ciné, j’ai commencé la lecture fascinante de Jardins de Perelandra de M. Small Wright et lu d’un trait choisissez tout de Nathalie Loiseau, écrit avec passion sur le « tout conciliez » qui remue pas mal.

En juin le rythme a été cool mais les vacances seront les bienvenues. Mister B. salive en pensant à la mozzarella et moi c’est l’Italie toute entière qui m’appelle!

092

ps: faut que je trouve une solution je peux plus mettre de nouvelles photos sur le blog (raaaah) mais bon cette vue italienne du toit de la maison de famille est plutôt chouette, non?!

BLA BLA BLA

L’Italie avec les enfants

20150411_184146

Je n’avais pas remis les pieds en Italie depuis deux ans.

L’Italie c’est mon pays de cœur, le pays qui me file le sourire direct!

Il y a cette ambiance que j’adore, la vie dehors, les glaciers qui rassemblent toutes les générations, le linge aux fenêtres, les balcons et la végétation qui déborde, le marché et les étals plein de couleurs et de parfums, la cuisine toute simple, toutes en saveurs, les Fiat et les Vespa partout, le design, la mode, l’élégance et les chaussures en cuir aussi belles que confortables, les cocktails bien dosé à pas cher, les heures à marcher parce qu’il n’y a pas mieux pour visiter vraiment, observer et s’imprégner de tous ces détails et mille autres encore.

Il y a le sourire, la langue qui chante et les mains qui s’agitent…

Il y a les rencontres du monde entier que j’ai fait là bas, en Erasmus et qui m’ont toutes apportées, tellement.

Notre dernière escapade en Italie, remonte au premier été de Petit bonheur et j’attendais alors Jolie douceur depuis quelques mois. On avait passé de jolies vacances dans la maison de famille entre Rome et Naples. Les deux étés suivants on se sentait moyen de faire un tel voyage avec deux enfants en bas-âge sans parler de la chaleur (40° l’été en journée) on avait opté pour la Bretagne 😉

En avril, on avait quatre jours libres, pendant les vacances de Pâques, et l’Italie était une évidence. Et puis Turin ce n’est pas si loin de Lyon..

Turin ne fais pas rêver ceux qui ne la connaissent pas (c’est pas Florence, Venise ou Rome) mais moi j’adore cette ville pleine de charme, tellement vibrante et avec sa propre identité, comme chacune des villes italiennes.

J’aimerai vous dire à quel point c’était super de redécouvrir la ville avec les enfants. En vérité les enfants ont été relous (pendant deux jours Jolie douceur a refusé la poussette et ne voulait pas marcher non plus « dans les (b)rrrrrras maman (pas papa hein)) mais c’était sympa de leur faire découvrir un petit morceau de l’Italie, en attendant les vacances d’été…

Les enfants sont très bien accueillis partout et il y a plein de choses à voir et à faire en famille à Turin.

J’ai trouvé (sur Air B&B) un appart pas cher, fonctionnel, joliement décoré tout en étant kid friendly (avec pleiiiin de jouets) et idéalement situé à deux pas de la Piazza Vittorio. What else? C’est quand même plus pratique et cela facilite la vie avec des enfants de 2 ans et 3 ans et 1/2 d’avoir un peu d’espace et éventuellement la possibilité de prendre un repas.

On a quand même mangé souvent dehors, pris des ptits dej au bar, en mode vacances, mangé des pizzas super bonnes, des piadines, déjeuné dans de petites osterie, bu du bon vin, dégusté les meilleures glaces du monde.

On a aussi été au parc, se balader le long du Po, faire nos emplettes au marché de Porta Palazzo (le plus grand marché d’Europe), pris le vieux tram (le sedici), , flâné en ville, pris l’ascenseur panoramique et observer cette vue fantastique tout en haut de la Mole, le musée du cinéma.

J’aurais aimé faire un peu de shopping (chaussures, chaussures) mais avec les enfants au taquet pendant le séjour, ce n’était pas opportun…

C’est sûr on reviendra bientôt chez Nitalie comme dirait Petit bonheur!

20150413_180256
la Mole

 

20150413_102452

20150413_113049
mercato di porta palazzo
piadina
piadina
BLA BLA BLA

10 choses que vous ne savez pas sur moi

Sur une idées de Sabine, dix choses que vous ne savez pas sur ma pomme…

* Mes amis vivent aux quatre coins du monde et de la France (au Canada, au Mexique, en Belgique, en Angleterre ou aux Pays Bas) et j’en ai assez peu à Lyon.

* Je suis spécialiste en pasta. Je connais les bonnes combinaisons « à l’italienne » (bresaola roquette et stracchino, gorgonzola et noix etc) et quel type de pâtes va avec quel accompagnement. Je ne minute pas la cuisson, en surveillant je SAIS lorsque les pâtes sont al dente! Et évidemment mon cœur se soulève si quelqu’un coupe ses spaghettis devant moi.

* J’ai peur des rongeurs. Et des insectes. Un peu des chiens aussi. Bref, j’aime les animaux de loin ou en imprimés 😉

* Les fastfood c’est fini. Il y a longtemps j’ai fait une indigestion chez Mac dal et j’ai bossé un mois chez Quack. Ca m’a calmé pour de bon… Je n’y a pas mis les pieds depuis 6 ou 8 ans. Je sais où manger de bons burgers et sinon les dimanche soirs de grande flemme on commande des pizzas.

* Etudiante j’ai fait plein de jobs divers et variés: animatrice dans un centre commercial, serveuse dans un restau chic, vendeuse en boulangerie, employée chez un courtier d’assurances. Tous m’ont apporté quelque chose.

*Malgré une multitude de déménagements, et des chemins différents, j’ai gardé contact avec ma première amie. On s’est connu en petite section, on avait 3 ans et on était inséparable. J’ai souvent dormi chez elle et on a passé des vacances formidables à la ferme chez sa grand mère.

* En trois ans, j’ai eu 6 poussettes. Heureusement pas simultanément!

* C’est Mister bonheur qui coupe les ongles des enfants. Je déteste faire ça. Je ne supporte pas non plus le bruit de la lime à ongles. De toutes façons, les ongles longs me gênent (sur moi, sur les autres je trouve ça joli).

* Je ne porte jamais de talons. Parce que je ne sais pas marcher avec, parce que ça me fait mal aux pieds. Dommage, c’est joli les talons.

* J’adore dormir dans des draps propres. Mais je n’aime pas remettre une housse de couette. Ni les plier d’ailleurs…

20141027_101241

LOVE ETC..., TRAVEL

Bientôt la Saint Valentin, souvenirs de Venise

Il y a des destinations romantiques qui laissent des souvenirs fleur bleue aux amoureux. Genre n’importe quelle ville d’Italie et Venise en particulier.

Certes c’est cliché. N’empêche Venise en février, avec le carnaval (et la Saint Valentin au milieu comme par enchantement) cela fait son petit effet.

Cette année, pas d’escapade prévue pour la Saint Valentin (comment ça on n’arrête pas?), alors on voyage par procuration, en se replongeant dans les photos (sensorielles non?) de notre séjour romantique dans cette ville magique. Un de nos derniers weekends en Europe avant de devenir parents. Hé ouais!

A Venise on a adoré marcher des heures, se perdre dans les ruelles, c’est comme ça que l’on visite le mieux le cœur de la ville et ses spécificités. Le bateau permet un joli tour aussi, mais moi je préfère avoir les pieds sur terre!

Pas de nostalgie pour autant, nos deux merveilleux fruits de l’amour nous font tourner en bourrique comme personne et ça vaut bien des tours en gondole, croyez moi! venise ponte VENISE 715

VENISE 387

masques

venise 2

Des gondoles

ti amo

Amore Amore

VENISE 636

arancia Aaaaah les oranges italiennes! J’en ai l’eau à la bouche, rien qu’en les voyant Case colorate canale buranoBurano un coup de cœur haut en couleurs

CASE COLORATE BURANO

Le linge aux fenêtres, sinon c’est pas l’Italie 😉

VENISE PARADISIO Petit coin de paradis FISH MARKET RIALTO VENEZIA Marché aux poissons près du Rialto avec une ambiance locale bon enfant PANINI AL MERCA VENEZIA Les divins mini-panini Al merca

TRAVEL

Envie torinese

L’Italie et moi c’est une grande histoire. Et régulièrement il me faut ma dose.

Ce matin le billet de Caro a réveillé en moi cette folle envie de retourner à Turin.

Turin, cette ville que j’aime d’amour, où j’ai des tonnes de souvenirs heureux, des deux années passées là-bas.

Certains disent que Turin ce n’est pas l’Italie. Pour moi, ce pays a mille facettes et chaque ville a son caractère propre, chaque ville, aussi différente soit-elle, permet de respirer l’Italie à plein nez.

Alors voilà, j’ai envie d’être à Turin, là tout de suite.

Envie de voir des jeunes, des vieux, hyper sapés.

Envie d’un bon café, à boire d’un trait, au contoire, pour commencer la journée.

Envie d’une cioccolata, une vraie (une des spécialités turinoise) pour une pause gourmande après un après midi shopping.

Envie de déguster une de ces foccacia à la roquette, dégoulinante de mozza fondue. Les meilleures sont celles qu’on trouve dans une minuscule échoppe, toujours bondée, de vente à emporter via Po.

Envie d’apéritivo alla Drogheria ou à l’Obelix.

Envie d’aller au marché, à la crocetta ou Porta Palazzo (le plus grand marché d’Europe)

Envie de flâner à la Feltrinelli, (la Fnac locale)

Envie de m’extasier devant les boutique de luxe.

Envie de me laisser inspirer par le design.

Envie d’être surprise par le génie et la créativité des italiens.

Envie d’art, de beau et en trouver partout.

Envie de voir de vespa, plein.

Envie de parler la langue, avec la peur d’avoir tout oublié, et puis me rendre compte que non ça revient tout seul.

Envie de prendre le vieux tram orange, n°13 qui dessert le centre ville.

Envie de me balader sous les arcades, surtout s’il pleut ou s’il neige.

Envie de trouver la paire de chaussures parfaite. Tout en cuir, alliant beauté et confort, made in Italy et qui ne coûte pas forcément un bras.

119

 

065

017

155

034

198

REAL LIFE

Retour à la réalité

Voilà les vacances sont finies. Ces dix jours auront filé à toute allure, c’est toujours comme ça quand on est bien, le temps s’arrête et défile à la fois.

On a su lâcher prise et déconnecter tout de suite.

J’ai fait très peu de photos, on a squizzé notre programme de visites, préférant notre routine estivale. Plage tôt le matin et l’emerveillement pour Petit bonheur de se baigner, et pour nous de le voir ainsi heureux d’éclabousser et pédaler tant et plus, sieste et balade en fin de journée et soirée.

Petit bonheur a été si facile à vivre. Il dormait comme jamais la journée et s’endormait facilement le soir dans sa poussette lorsqu’on sortait dîner quelque part en terrasse ou manger une glace.

Du bonheur en barre de se laisser porter par l’instant, de le cueillir comme il vient. J’ai profité de ces mille détails qui font que j’aime l’Italie. Tout était simple et fluide, même le quotidien semblait couler au gré des initiatives de chacun. La dolce vita…

Le retour à la réalité est un peu plus dur. J’aime tant partir que revenir, retrouver mon home sweet home, notre cocon. J’aime moins que la réalité me rattrape, fermant d’un seul coup cette jolie parenthèse.

Sacs à défaire, linge à laver, nuit blanche du trajet retour dans les pattes et Petit bonheur pas très coopératif, humm…

Et puis la vie reprend son cours et la course redémarre.

La semaine prochaine Petit bonheur fera sa rentrée à la crèche, où il ira tous les vendredi. Je pourrais souffler un peu, me préserver du temps, et, qui sait, peut être prolonger cet esprit vacances encore?