MES GONES

Deux ans

Ce matin, tu es venue nous rejoindre pour un petit câlin. On a chanté Joyeux anniversaire encore ensommeillé.

Tu suçais ton pouce en souriant et tes yeux pétillaient.

J’ai sniffé encore et encore ton odeur de bébé. Deux ans ma douce.

Petit bonheur s’est mis à chouiner parce qu’il aurait voulu que se soit aussi son anniversaire.

On a pris le petit déj tous les 4, j’ai préparé les petits sandwichs comme vous aimez. Il a fallu accélérer. Le timing du lundi matin est serré et Mister B. tient à sa ponctualité du début de semaine. Et puis c’était la rentrée…

On a pris un moment toutes les deux avant l’arrivée du minipouce.

On a joué, on a chanté. Tu m’as accaparée toute la matinée.

Au moment de déjeuner, tu jouais seule, tranquillement, arf!

Tu m’as demandé de t’aider avec ta fourchette. Pas parce que tu n’y arrives pas, tu maîtrises bien le geste maintenant, mais tu aimes que je fasse l’avion, atterrissage, miam! Comme je le fais pour le minipouce.

Au moment d’ouvrir les petits suisse tu as insisté comme chaque jour « non c’est moi d’abord » puis « c’est ficile, c’est maman alors ». Et tu as crié alors que j’allais jetter les opercules au lieu de les mettre « là à côté », pour toi c’est si important.

Tu t’es réveillée de la sieste un peu contrariée.

On a regardé ton album de naissance 5 ou 6 fois, tu réclamais « encore un peu » dès qu’on avait terminé.

On a fait un gâteau madeleine tout simple, tu étais fière de participer. Les rainbow cakes attendront…

J’ai préparé la table pour le goûter, rien d’extravagant, mais il y avait les verres rigolos que tu adores et des pailles.

On fera la fête ce weekend mais quand même, toutes les occasions sont bonnes pour se sentir unique et appréciée, non?

On a chanté, papa tenait tes cheveux délicatement pendant que tu soufflais tes deux bougies.

Petit bonheur, filou comme il sait l’être, a déclaré, d’abord je te prête mes jouets et toi tu me prêtes tes cadeaux, d’accord?

On a fait une partie de jeu du verger et tu lançais le dé avec une dextérité qui nous a tous épatés.

Mister bonheur est parti en catastrophe parce que l’alarme du restau s’est déclenchée et j’ai débarrassé, rangé, nettoyé tous les morceaux de gâteau collé (surtout sous la chaise du minipouce en pleine découverte de l’autonomie…) pendant que vous vous foutiez sur la tronche jouiez avec Petit bonheur.

A l’heure du bain, tu as un peu pleuré en voyant ton ventre « non pas varicelle, enlever varicelle ». C’est bientôt fini ma douce.

Tu as voulu passer ta robe neuve sur ton pyjama et je n’ai pas cherché à négocier.

Tu es venue dans mes bras, pour y rester un long moment en fin de journée, le reste pourrais bien attendre et ça serait un soir à coquillettes…

J’ai repensé avec une tendresse si particulière à ta naissance merveilleuse (et réconciliatrice) il y a deux ans.

Il me semble que tu es née avant hier et que tu es là depuis toujours.

J’ai pris un bon shoot de l’odeur de tes cheveux, emplie de gratitude pour ta présence rayonnante.

Deux ans ma douce.

Merci de  nous avoir choisi

IMG_9424

Publicités
MES GONES, REAL LIFE

Un matin en solo

C’est pas tous les matins pareil, mais parfois les matins en solo du vendredi ressemblent à celui d’aujourd’hui…

5h50 Petit bonheur débarque dans notre lit. Il veut un câlin, ne veut pas retourner dans son lit, il a peur du noir.

6h le réveil de Mister b sonne. Arf! Je lui glisse un prépare les bibs stp avant d’y aller.

6h01 Jolie douceur pleure, son frère n’est pas là, la journée a commencé alors?

6h05 Mister bonheur accompagne Petit bonheur et lui explique qu’il n’est pas obligé de dormir mais qu’il doit rester dans son lit en silence (concept de silence intégré à l’école).

6h15 Petit bonheur débarque, il faut lui changer sa couche…

6h16 Je fais chauffer les bibs, préparés pendant que Petit bonheur m’attend à la salle de bain.

6h17 J’ai les yeux encore collés et les mains dans la m… pendant que Jolie douceur hurle à côté pour que je vienne la chercher.

6h18 Je décide que ce sera une bonne journée. Tant pis pour le réveil en fanfare.

6h19 J’installe les enfants dans mon lit et on se fait un gros câlin tous les trois.

6h25 Petit bonheur est en pleine forme et nous fait découvrir les chansons apprises à l’école.

6h30 J’apporte les bibs. Ce matin on traine un peu, on se câline encore un peu sous la couette.

6h31 J’ai de la chance de démarrer la journée avec ces deux là.

6h44 Je leur demande d’apporter leurs bibs à la cuisine.

6h45 J’accompagne Jolie douceur aux toilettes et supervise l’habillage de Petit bonheur pendant ce temps.

6h47 Mets tes chaussettes. C’est çui là de pied? oui.

6h55 J’habille Jolie douceur, on chante la chansons des petits boutons en mettant le gilet.

7h05 je me fais chauffer un thé. Bah oui, quand même! Et je lave les bib.

7h10 Je mets du linge dans le sèche linge.

7h15 Je vide le lave vaisselle.

7h16 Les enfants se courent après dans l’appart. Stoooop! Je leur propose de manger. Petit bonheur veut une banane. Jolie douceur aussi, évidemment.

7h25 OK pour un petit dessin animé mais avant pipi, lavage des mains, dents, bouille. Oui  viens toi aussi ma Douce.

7h30 Je lance un dvd, le temps de prendre une douche rapide.

7h40 Je bois mon thé qui a refroidi, parfait.

7h45 Jolie douceur demande de l’aide pour mettre son manteau, j’informe Petit bonheur qu’on part dans 5′, il est l’heure de mettre les chaussures…

7h46: C’est çui là de pied maman? Oui mon chéri.

7h50 Il faut y aller. Jolie douceur ne veut pas mettre sa cagoule (oui on la comprend mais ça tient chaud!) et préfère son bonnet. Plus le temps de négocier, j’embarque quand même la cagoule.

7h54 On peut descendre à pieds maman? Non pas ce matin, on prend l’ascenseur.

7h57 Petit bonheur veut s’installer dans la poussette (parke j’ai chatigué moua!) Jolie douceur veut se tenir à côté. Ok c’est parti.

8h L’allure est soutenue, Jolie douceur accepte de monter sur la planche à roulettes.

8h10: Arrivée à la crèche, déshabillage, gestion de crise (j’ai osé déboutonné le gilet plein de banane soit dit en passant)

8h30: Ecole, déshabillage, passage aux toilettes, deux bisous et deux câlins.

Ca y est mon vendredi va commencer 😉

20140925_145727
Ouf c’était pas ce matin 😉

 

MES GONES

Vacances, sommeil, activités etc…

La première semaine de vacances touche à sa fin. Bon, pas tout à fait, mais demain c’est vendredi, les enfants iront se chamailler jouer à la crèche, et ensuite vient le weekend, en famille, un peu + cool.

Alors alors les vacances? Et bien, sans surprise, elles ne sont pas de tout repos! Petit bonheur ne sieste plus depuis la rentrée, sauf à l’école lorsqu’il y va en journée complète et en voiture le weekend quand on part en balade.

A la maison c’est une autre histoire. Un bref temps de repos passe encore, mais point de sieste! Le point positif, si l’on peut dire, c’est qu’à l’heure du coucher il ne fait pas long feu.

Aujourd’hui c’est l’exception qui confirme la règle, il s’est endormi après manger, en deux minutes chrono. Lorsqu’il est avec sa sœur, c’est la java alors je l’ai installé dans ma chambre. Pas l’idéal mais on fait au mieux pour que les besoins de chacun soient respectés et j’apprends chaque jour à lâcher prise.

Les journées sont bien remplies, Petit bonheur est avide d’activités, de découpages, d’ateliers cuisine, d’arts plastiques, de travaux de laçages, de réponses à ses pourquoi? et j’en passe. Sa curiosité est décuplée depuis qu’il va à l’école.

A sa demande, on fait beaucoup de choses. Le rythme est intense et avec les petits, pas toujours évident de proposer des activités auxquelles tous peuvent participer. On en profite pendant que les + petits siestent pour faire des choses de « grands ».

Petit à petit il gagne en autonomie et comprend peu à peu qu’on peut être à proximité et avoir des occupations différentes.

Hier nous étions au relais et Petit bonheur, timide et observateur au départ, s’est ensuite bien amusé. Le minipouce semble apprécier également ces temps collectifs et babille à tout va pour manifester sa présence.

Samedi dernier nous sommes allés à Touroparc et ce weekend nous iront au Cirque. Je garde l’idée de la première séance de ciné avec Petit bonheur pour les prochaines vacances.

Petit bonheur et Jolie douceur sont collés l’un à l’autre. Ils jouent ensemble trois minutes calmement, se courent après dans l’appart et se chamaillent énormément. Petit bonheur lui dit je suis là quand elle pleure et je fonds.

Je passe mon temps à faire le gendarme, à répéter  ça suffit, arrête, on ne tape pas, rends lui sa voiture et prends en une autre, attends, chacun son tour, doucement etc.

On ne s’ennuie pas, c’est certain. Enfin des fois j’ai envie de ralentir un peu, dans ce monde où tout va si vite, mais mon fils m’attrape alors par la main et m’entraîne dans sa valse folle, ma fille réclame mon attention en me tirant sur le pantalon ou les deux chouinent en coeur « prendre dans les braaaaaas ».

Vivement l’école, hein?!

20141008_135201
carte à lacer
20140930_141502
les autocollants Usborne que Petit bonheur adore
20141007_144635
L’arc en ciel de grimms
REAL LIFE

Lâcher prise

IMG_7154

Si je devais prendre une résolution pour la rentrée ce serait (comme en janvier tiens!) le lâcher prise.

Lâcher prise s’il veut aller dans la poussette à la sortie de l’école et elle marcher.

Lâcher prise s’il trie les brocolis mélangés aux gnocchis.

Lâcher prise si elle fait ses dents et que la nuit est moisie et que je me lève quatre fois pour elle et à 5h22 pour lui parce que « naan c’est pas trop tôt, tu te lèves maman, j’ai bien dormi, ça suffit » et que Mister bonheur ronfle à côté.

Lâcher prise si c’est la foire à l’heure de la sieste parce qu’ils sont tellement excités de se retrouver. Lui dans son lit « je suis le capitaine mouaaa » et elle « au golop, au golop! »

Lâcher prise si Mister bonheur rentre à point d’heure du taf et n’a pas mis le linge à sécher ou remonter le pack d’eau.

Lâcher prise.
Leur donner un cadre ferme et sécurisant, des repères, mais aussi des pistes pour penser par eux même et les laisser faire leurs expériences (dans la limite de la sécurité).
Arrêter de vouloir tout contrôler.

Et vous savez quoi?

Bah j’ai + d’énergie, et les choses se font de façon étonnamment plus fluide.

Je vis au rythme des enfants, c’est parfois contraignant. J’ai deux options: soit j’accepte cette période comme elle est, avec la souplesse qu’elle comporte, soit je râle parce que je focalise sur les contraintes.

En prenant les choses comme elles sont, comme elles viennent, l’une après l’autre, je gère mieux.

Ok c’est relou de se coucher à 21h30 certains soirs, mais c’est faire le choix d’être en forme pour passer une journée sereine le lendemain.

Mais à côté de ça je les vois grandir, j’accompagne les premières années, qui finalement passent si vite (même si certaines journées durent une éternité on est d’accord).

Je concilie boulot et vie de famille, sans (trop de) renoncement ni d’un côté ni de l’autre.

Vendredi je teste un cours de pilates.
J’ai des leçons de conduite programmées pour octobre et une liste d’activités prévues avec les kids.

D’ici quelques mois, quand je serai prête, j’accueillerai un deuxième enfant. On aura plus de marge de manœuvre financièrement parlant et je retrouverai mon autonomie.
C’est important l’autonomie, non? Se dire que si on est ensemble avec Mister bonheur c’est par choix, par envie, pas parce qu’on y arrivera pas sinon.

Je fais le vide, j’ai besoin de retrouver un peu d’espace dans les placards et dans ma tête, de laisser aller le vieux, le superflu et de me recentrer sur l’essentiel.

ETRE PARENTS, MES GONES

Accompagner le changement, oui mais comment?

A chaque grande étape, à chaque changement, Petit bonheur manifeste copieusement son hypersensibilité.

Il y a eu les poussées dentaires accompagnées de maladies infantiles non stop l’hiver de ma 2nde grossesse, l’arrivée de sa sœur, le passage dans un lit de grand et les siestes chaotiques, ma reprise du taf, l’apprentissage laborieux de la continence, les vacances avec l’adaptation à un environnement nouveau et maintenant l’école. Autant d’étapes que de perturbations parallèles.

Les phases de développement se succèdent, parce que le changement c’est la vie. On a l’impression de faire un break entre deux pour repartir de + belle dans la difficulté à chaque fois.

On passe systématiquement pendant plusieurs semaines par une phase de sommeil compliqué et très perturbé.
Depuis les vacances, il se réveille à nouveau à 5h/5h30 chaque matin. CHAQUE MATIN.
Ca n’a jamais été folichon de ce côté là, on a souvent trouvé que les réveils routiniers à 6h30 étaient indécents mais là…
On pourrait croire qu’il va ensuite faire une bonne sieste. Détrompez-vous. Depuis ses tout premiers mois moins il dort…moins il dort! Petit bonheur est comme ça, il ne fait pas dans la demie mesure, il est entier.

Ne me dîtes pas mais couche le plus tard! Ca m’énerve. On a essayé. C’est pire. Il se lèvera à la même heure en étant encore + épuisé qu’il ne l’est déjà.

Ce n’est pas uniquement le manque de sommeil qui est relou, il y a les dommages collatéraux, les chouineries, l’impatience (de part et d’autre).

On explique, on lit des histoires avec ses héros préférés en rapport avec les étapes qu’il vit.

Dans un premier temps il est très enthousiaste face au changement quel qu’il soit, puis ça part en vrille côté sommeil et ensuite il y a des crises à répétition.

J’ai testé le rescue pour les kids, le sirop homéopathique nuit quiet, les massages après le bain, les colliers d’ambre.Sans résultat durable ou significatif.
J’ai fait appel deux fois à Aude Becquart, qui est très compétente, bienveillante et efficace. Elle nous a donné de bonnes pistes qui fonctionnent un temps puis rebolotte.

Voilà je galère et parfois je me sens tellement désemparée, dépassée et impuissante avec mon petit bonhomme qui a une force physique de ouf, une résistance sans limite, une sensibilité très développée et un réservoir d’amour qu’il faut remplir en continu.

J’aimerai l’accompagner sereinement et ça me fout les boules de pas assurer avec lui.

Y a-t-il un lien avec la prématurité? Il se réveille et réclame son lait le matin. Il n’a jamais pu patienter lorsqu’il a faim. Pourtant il dîne copieusement, je fais en sorte de prévoir un plat qui passe à coup sur le soir, quitte à être + ambitieuse et proposer des légumes qui passent moins au déjeuner.

Il parait qu’un jour ça ira mieux, qu’il dormira et que je devrais le tirer du lit pour aller à l’école. Oui mais c’est quand?

20140815_101002

MES GONES

Indépendance

Ces 18 derniers mois ont été marqué par la fusion entre frère et sœur.
Là c’est un tout autre rythme qui se met en place, avec l’école le matin, dans un premier temps, pour Petit bonheur et la crèche sans son frère deux fois par semaine pour Jolie douceur.
Concrètement cela signifie trois matinées avec des temps privilégiés pour elle et deux après midi pour lui. L’un sans l’autre.

Hier Petit bonheur a beaucoup réclamé sa sœur et demandait si elle aussi allait venir à l’école.
Il n’a pas fait de sieste, alors qu’il  en avait besoin. Petit bonheur est très sensible aux changements et à chaque fois c’est son sommeil qui en pâti.

Mais pour l’instant la rentrée, se passe plutôt bien pour lui.
Quand je l’ai récupéré à 11h30 (avec le mini pouce dans les bras et Jolie qui me tenait la main (oui j’avais remis du deo avant d’y aller)) il voulait retourner voir la maîtresse et aller à la cantine! Pourvu que ça dure…
Il a ensuite tenu à monter dans la poussette. Ca tombait bien, Jolie douceur voulait marcher. Allure d’escargot mais tout le monde était content.

De mon côté, si au départ je ne comprenais pas pourquoi on en faisait tout un plat de cette histoire de rentrée, j’ai quand même eu une boule à la gorge et le ventre un peu noué mardi matin. L’émotion était palpable devant l’école…

Aujourd’hui en partant il a fait un gros bisou à sa sœur, qui était inconsolable dès qu’il a franchi la porte.
Elle avait d’ailleurs mis sa chaussure seule (pour la première fois), dans l’idée de le suivre.

La séparation est dure pour tout les deux, mais nécessaire aussi je crois. Ils ont besoin de se construire l’un sans l’autre. Elle sans lui et lui sans elle.

Elever deux enfants rapprochés, c’est parfois un peu comme élever des jumeaux qui n’en sont pas. L’un avance en éclaireur et l’autre suit le mouvement, dans la foulée.

Un souffle délicieux d’indépendance souffle par chez nous et ça me donne envie de surfer sur cette vague de changements!

Et vous la rentrée?

20140902_095437

MES GONES, REAL LIFE

L’un sans l’autre

20140717_105020
Aujourd’hui Jolie douceur est à la crèche. Sans son frère. L’opportunité s’est présentée et cela n’arrive pas souvent qu’ils soient séparés, bien que cela me semble important pour leur construction individuelle.
Enfants rapprochés oui, mais pas jumeaux fusionnels!

Et puis Petit bonheur fera sa rentrée en septembre et Jolie douceur ira à la crèche deux jours au lieu d’un et sans son frère.

Aujourd’hui c’est une tout autre ambiance! Deux enfants sur trois (Petit bonheur et le mini pouce donc) c’est plus facile à gérer, surtout qu’ils ne se chamaillent pas et ne se disputent pas l’attention de leur maman.

On a fait quelques activités avec Petit bonheur pendant la sieste du mini pouce avant de sortir.

Après une petite négociation avec Petit bonheur initialement vêtu de ses bottes de pluie, ses lunettes de soleil, sa casquette et ses moufles (pas de mention inutile à rayer), il a accepté de poser lunettes et casquette et mis ses moufles dans sa poche. Il m’a demandé de gonfler (ouvrir) son parapluie tout neuf, qu’il tenait fièrement. Il répétait au mini pouce (7 mois) « tu touches pas mon parapluie, c’est à mouaaaa, d’acord ».

Il a marché tranquillement près de la poussette, s’est arrêté lorsqu’il le fallait et à chaque fois que je lui ai demandé. On a même pu faire une petite course dans le calme et la sérénité. Au retour, je l’ai laissé sauter quelques minutes dans la belle flaque devant l’immeuble. La fête!

Il a quitté sa veste, ses bottes sans se faire prier et même son pantalon trempé, de sa propre initiative.

Le repas s’est déroulé tranquillement, sans que je sois sollicitée de toute part. Comme d’hab’, le mini pouce a mangé en premier puis bu son biberon. Dans le calme. Pendant que Petit bonheur jouait sans avoir à faire de compromis, sans « chacun son tour », sans « tu lui rends ».
On est passé à table, il s’est assis près de moi sur une chaise de grand, avec ses petits couverts et son assiette en céramique (à dessert) pour faire « comme maman ».

Après le pipi, le lavage des mains (sans aucun « viens ici », ni « dépêche toi ») on a lu l’histoire de lulu la tortue et lorsque la musique qui indique que l’heure de se reposer a sonné il est resté paisiblement dans son lit et le protocole du coucher n’a pas été nécessaire. Youhou!

Petit bonheur a demandé à voir sa sœur ce matin, Jolie douceur aura probablement cherché son frère aussi mais l’expérience est vraiment positive. Vivement la rentrée, que je puisse profiter de l’un et l’autre ensemble et surtout + souvent séparément…