BONHEURS

Notre richesse

J’ai vécu des années avec peu d’argent.

Quand j’étais étudiante je vivais avec peu, très peu d’argent. J’avais les aides maximales (300€/400€ par mois), une chambre universitaire de 9m2 à loyer modique (qui représentait un tiers de mon budget tout de même). J’ai souvent compté. Je comptais tout le temps en fait. Je ne l’ai pas très bien vécu mais j’ai tiré une force de cette situation, appris à m’adapter, à me débrouiller.

J’ai fait plein de petits boulots après les cours, trouvé des combines pour voyager et sortir à pas cher. J’ai développé ma créativité, l’envie de faire moi-même certaines choses et compris que la valeur du home made va au delà de la valeur marchande.

J’ai appris à recevoir aussi, sans que ça ne me mette spontanément mal à l’aise, à apprécier ce que j’ai et les belles expériences que je vis. J’ai appris à observer l’abondance sous ses différentes formes, qui ne se limitent pas à l’argent.

J’ai passé quelques années à l’étranger. Pas parce que j’en avais les moyens, parce que j’ai fait le choix et je me suis donnée les moyens de trouver des solutions.

Quand j’y repense ces années où j’avais si peu étaient tellement riches!

Et puis j’ai commencé à gagner ma vie et à m’autoriser quelques fantaisies, à compter moins souvent, à changer certaines habitudes, à acheter la qualité qui dure au lieu du premier prix. J’ai travaillé avec acharnement, pour gagner plus et dépenser plus mais ça ne me rendait pas plus heureuse, je n’avais le temps de rien.

Pendant ma première grossesse, Mister B a lâché son job bien payé pour se lancer à son compte. Les premières années il a fallu s’investir sans relâche malgré une diminution de revenus. C’est frustrant de penser à long terme. C’est pas trop mon truc en fait (comme la vie qui commence à la retraite!!). Les gens pensent que si t’es patron t’es blindé. C’est pas forcément vrai, surtout pour une petite entreprise.

Et puis, l’envie d’un deuxième enfant très vite après le premier qui s’est concrétisée dans la foulée. Ce n’était pas un bon calcul en terme rationnel, économique. Une petite folie, ce désir d’agrandir la famille alors que notre entreprise démarrait juste. Mais faut-il être riche pour faire un enfant?

C’est sûr une situation financière plus confortable aurait facilité les choses avec deux enfants en bas âge. Mais ils n’ont manqué  de rien et on a passé du temps tous les quatre chaque jour et c’est un luxe.

Aujourd’hui on retrouve un peu plus de marge de manœuvre mais surtout, on a cette richesse, cette liberté, qui laisse de la place aux choix, aux expériences, aux activités, plutôt qu’à l’accumulation.

On a une vie riche. Je choisis de la nourriture de qualité, Jolie douceur va à la crèche et Petit bonheur va un peu au centre aéré pendant les vacances (par choix, pour leur épanouissement), on bouge régulièrement en famille et plusieurs fois par an (dès qu’on peut) en amoureux.

On apprécie le grand luxe (eh oui!), les beaux hôtels, le fin du fin de la gastronomie et les restaurants étoilés mais on passe aussi de super moments tout simple. On va au bois comme dit Petit bonheur, à la campagne, chiner en brocante (pour habiller les enfants et passer un bon moment) pic niquer dans la nature, se balader au bord d’une rivière, voir une expo ou faire un tour à la bibli, et on part en weekends régulièrement, sans forcément y laisser un bras. On cherche des idées de sorties culturelles qui pourraient plaire à tous, ou plutôt qui nous plaisent à nous et où c’est jouable avec les kids.

Pour les enfants ce n’est pas ce qui coûte qui plaît le plus (là je pense aux heures qu’ils passent à faire des bulles !).

Certains vivent dans le confort matériel XXL mais me semblent mener une vie pauvre. Sortir la grosse bagnole pour passer le samedi aprèm dans les grands magasins et revenir avec encore plus d’objets (à ranger!), passer ses soirées devant un écran géant et encore et encore ce n’est pas ça pour moi la richesse.

La richesse c’est l’équilibre entre le temps libre et les expériences que l’on fait. C’est s’adapter, simplifier, mettre l’accent sur l’essentiel et les choix qui nous tiennent à cœur, laisser une place aux rêves qui nous font vibrer.

L’argent est un outil qui facilite bien la vie, qui ouvre des possibilités, permet de concrétiser des projets c’est certain mais la richesse ne se situe pas dans l’accumulation d’objets mais dans ce que l’on vit, ce que l’on partage, non?

20140808_192250

Publicités

10 thoughts on “Notre richesse”

  1. Votre plus grande richesse est votre famille: 2 jolies têtes blondes et le couple que vous formez. Le bonheur c’est souvent très simple. Merci pour ce joli témoignage …

  2. Très beau et bon billet, très juste. Comme, toi j’ai été une étudiante qui comptait chaque sous surtout qd je suis partie étudier à N’y et qd j’ai décroché mon premier boulot . Puis pdt plusieurs années, j’ai très bien gagné ma vie, mon mari aussi . Mais j’ai fini avec une sorte burn out , j’ai tout change maintenant je compte beaucoup mais j’ai bcp de temps pour mon fils. Et finalement, j’ai bcp moins d.envie, d’impulsion d’achat…… J’aimerais bien gagné un peu plus surtout pour les voyages mais je ne reviendrai pas à un gros job, temps plein……. Je suis très contente !

  3. La vie en Afrique permet de relativiser beaucoup sur tous les aspects matériels et je me rends compte que c’est une chance immense qui m’est offerte alors j’en profite !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s