ASSISTANTE MATERNELLE

Le choix d’une nounou, l’envers du décor

Les parents choisissent la nounou de leur enfant et je choisis la famille avec laquelle j’ai envie de travailler. Hé ouais!

Pour organiser ma reprise d’activité j’ai donc rencontré plusieurs familles.

A Lyon la demande est plutôt forte, donc en tant qu’assistante maternelle j’ai le choix (et les parents aussi hein)

Pour moi les enfants sont tous attachants, avec certains le lien sera plus fort, mais ça on peut rarement le savoir à l’avance! Par contre, si l’on peut partager quelques valeurs avec la famille ça facilite grandement les choses.

Bref. Petit best of des contacts (certains cumulaient plusieurs caractéristiques):

Une famille très orienté choix pysio et nature avec qui j’ai eu un super contact (qui a opté pour un autre mode de garde).

Une famille venue sans leur enfant.

Une famille avec 30 minutes d’avance, une autre avec 30 min de retard sans prévenir (ça commence mal)

Une famille qui négocie les prix (selon la façon d’aborder les choses ça refroidit)

Une famille qui propose un contrat assez strict et fermée au dialogue. Je préfère trouver un terrain d’entente, pour que chacun s’y retrouve et qu’on puisse avancer ensemble de façon sereine dans la durée.

Une famille qui s’installe sur le canapé avant d’y être invitée.

Et d’autres familles encore…

Quand la famille arrive pour la première prise de contact, j’aime voir l’enfant et m’adresser un peu à lui, même si c’est un bébé. Je le prends dans mes bras ou non, selon le feeling avec les parents, selon si je sens qu’ils ont envie de me le confier quelques instants. Parfois je demande. Parfois non, parce que je suis réservée et qu’il faut parfois un peu de temps.

Je tâte le terrain, pour comprendre les motivations qui poussent à ce choix de mode de garde plutôt qu’un autre (pas de place en crèche, envie d’un accueil + personnalisé, flexibilité etc).

J’explique mon parcours professionnel, mon expérience de la petite enfance, ma reconversion.

Je présente mes valeurs, comment je vois les choses avec les enfants,dans le cadre de mon métier. J’ai un petit livret d’accueil qui sert de support pour parler de mon projet éducatif, de motricité, du respect des rythmes, du sommeil de l’alimentation,des sorties, des activités créatives.J’ai conscience qu’il n’est pas évident de se projeter pour les parents d’un premier enfant de quelques semaines, mais ça donne une idée de ce que je propose.

Si certains sujets leurs tiennent à cœur, je suis soucieuse de faire dans la continuité de ce que font les parents, dans la mesure du possible, chacun sa place, chacun son rôle.

Certains laissent pleurer. D’autres sont plutôt maternage. Pas de jugement.

Certains trouvent chouette que mes propres enfants soient à la maison (et qu’il y ait un grand choix de jouets pour les petits à disposition), d’autres voient ça comme un inconvénient ou s’en inquiètent et j’explique comment je me positionne. J’annonce clairement au téléphone l’âge de mes enfants avant la rencontre.

De mon côté c’est parfois délicat (surtout pour mes enfants en fait) de jongler entre le rôle de nounou et le rôle de maman, mais c’est comme ça. Je fais au mieux pour préserver une certaine équité, en fonction des priorités et des besoins de chacun.

Il est évident que s’occuper des enfants des autres est pour moi + facile et moins usant (la recherche de limites et d’autorité est très différente).

Et puis viennent ensuite les questions pratiques (qui intéressent beaucoup les parents), l’organisation, la période d’adaptation, les horaires d’accueil, la flexibilité souhaitée si besoin, les congés, les tarifs horaires, les indemnités d’entretien, les frais de repas, la déclaration paje emploi. J’aime que tout soit clair, pour bien démarrer, sans mauvaises surprises.

Avant tout ce qui importe pour moi, dans le choix d’une famille est la relation de confiance et le feeling. C’est la base, dans les deux sens d’ailleurs. J’ai fait le choix de ce métier. Il est primordial qu’une bonne entente et un dialogue soient possibles.

Je recommande toujours aux familles de prendre le temps de réfléchir, de voir plusieurs personnes, d’affiner leurs critères et priorités.

Je sais que je trouverais facilement du travail, je préfère prendre le temps de trouver une famille avec qui « ça colle » pour que tout ce passe au mieux, pour chacun.

Et toi le choix de ta nounou?

20140428_102841

Publicités

9 thoughts on “Le choix d’une nounou, l’envers du décor”

  1. bonjour ca y’est j’ai repris le travail depuis 3semaines et j’ai opté pour une nounou car j’ai des horraires ou je travaille 12h d’affilés…j’ai un très bon feeling avec la nounou j’en ai rencontré 8 donc j’ai fais mon choix elle est super pour autant ma fille refuse de prendre le biberon avec elle ! même lorsque ‘elle est sur le canapé a coté de moi elle hurle des que la nounou s’en va elle prend le biberon. Pourtant elle lui fait des sourrire … mais voila elle ne mange pas avec elle ! c’est compliqué de gerer je doi venir lui donner le biberon pendant mes pauses … changer de nounou je n’en ai pas envi mais si ma fille persiste je n’aurais pas le choix …est ce deja arrivé a quelqu’un?

  2. Merci pour ce témoignage tout à fait intéressant. En ce qui me concerne, j’ai eu de très mauvaises expériences avec quelques nounous à mi-temps, donc ça a grandement motivé la mise en pause de mon activité professionnelle pour m’occuper des 2 (garçons de 2 et 6 ans). En règle générale je préfère la crèche mais à Paris, si on ne connaît pas quelqu’un à la mairie, c’est juste mission impossible. Pour mes choix de nounous (qu’on prend pour les vacances à domicile pour nous faciliter la vie), mes critères ne sont pas tant les diplômes mais plutôt la vocation, patience et l’amour des enfants. En règle général, mon instinct ne m’a jamais joué de tours et j’ai réussi à cerner les candidat(e)s assez facilement. Le problème avec votre profession étant que ça attire malheureusement parfois des personnes qui pensent à tort que c’est un job pépère et qu’elles peuvent se la couler douce. Je suis tout à fait d’accord avec l’histoire de partage de valeurs en tous cas.

  3. Sympa de voir l’envers du décor !
    Pour vous raconter un peu chez nous…
    Ici au Sénégal le choix de la nounou est un peu différent… J’ai connu la mienne par recommandation. Elle était très pressée de venir travailler chez nous car c’est visiblement plus agréable de travailler avec une « toubab » (blanche) qu’avec une sénégalaise qui vous donne beaucoup de travail ménager et vous traite moins mien. C’est aussi une bonne opportunité d’apprendre sur son métier (comptine, règles de vie occidentale, cuisine occidentale…), et de valoriser son CV.
    Les nounous viennent garder les enfants au domicile. Certaines restent la nuit et ont droit à un break un week-end sur deux, ce sont elles qui se lèvent la nuit, couche l’enfant, le lève. Moi je ne voulais surtout pas ça chez moi ! Je voulais retrouver mon intimité et m’occuper de mon fiston une fois le travail fini, j’ai mis en place une formule où elle vient la journée seulement. Occasionnellement je lui demande de rester dormir à la maison uniquement si j’ai besoin (rare, maxi une à deux fois par mois pour une sortie en amoureux ou un rendez-vous de boulot le soir).
    J’ai tout de suite aimé notre nounou et Michoco aussi car elle est très souriante, elle parle bien français et n’a pas les deux pieds dans le même sabot.
    Mais c’est vrai qu’avec un premier bébé de 3 mois, pas facile de se projeter dans ses attentes de parents !! Donc je pense que j’ai surtout eu de la chance de « bien tomber »… Elle est avec nous depuis plus d’un an maintenant et je suis contente pour Michoco que l’on n’ai pas eu à changer de nounou.
    Elle a été formée par les sœurs de la mission catholique donc elle a travaillé 2 ans en pouponnière et a de bons réflexes (hygiène, soins aux bébé, sécurité), c’était rassurant pour moi.
    Après pour tout ce qui est règles, horaires des siestes, repas, activités d’éveil, je pilote, mais elle suit bien les consignes et notre style de vie, même si le mode d’éducation est ici beaucoup plus « oisif » (on reste assis et l’enfant reste assis à côté et on attend que le temps passe ! ou alors on attache l’enfant au dos et on fait autre chose…), j’essaies de ronger mon frein parfois pour lui laisser aussi la latitude de faire son travail !
    Michoco rigole beaucoup avec elle, nous la laissons partir le soir avec plaisir, mais la retrouvons le matin avec autant de plaisir. Pour moi, c’est bon signe…

  4. Olala le choix de la nounou, tout un poème… La première nounou, nous l’avons recruté lorsque j’étais encore enceinte. Pas facile de se projeter, je n’avais pas vraiment d’idée de ce que j’attendais, je voulais juste qu’elle soit gentille. Nous n’en avons rencontré qu’une seule (toutes les autres, rien qu’à l’entretien au téléphone je savais que c’était non). Le feeling est passé, ses enfants avaient l’air bien dans leurs baskets, joyeux et polis, ça m’a suffi. Si les premiers mois ce sont bien passés, avec le temps la relation s’est dégradée… Elle ne faisait aucune activité (pas un seul dessin ramené, pas une fois à la bibliothèque…), j’avais l’impression d’être la bonne poire (un paquet de jours de congés gratuits et des dates qui changeaient sans cesse au dernier moment, des « excuses » qui se sont révélées fausses), le soir elle me parlait plus de sa vie privée que de la journée de ma fille et je pense même qu’elle mentait parfois (notamment sur les repas). Si ma fille avait quand même l’air de s’y sentir très bien, la coupe a été pleine, et j’ai réussi à avoir une place en crèche. Je suis aujourd’hui ravie de ce mode de garde (qui a aussi des inconvénients bien entendu)

    Mais à la rentrée, il nous faut une nouvelle nounou pour le périscolaire… Avec notre expérience, ça m’a pas mal stressé cette histoire ! Nous en avons rencontré 4 cette fois (et trouver des nounous qui acceptent une garde périscolaire ce n’est pas chose facile) et nous avons trouvé celle qui nous convient je pense. D’ailleurs lors de l’entretien nous avons précisé que nous allions réfléchir un peu et qu’elle aussi de son côté devait voir si nous lui convenions parce que je suis d’accord que ça doit marcher dans les deux sens !

    Mais je n’ai jamais rencontré aucune qui me présente ses valeurs, ses motivations, encore moins avec un livret d’accueil et un projet éducatif ! Je crois que les familles que tu choisis ont de la chance !

  5. Bonjour,
    Nous habitons Monplaisir à Lyon et recherchons une assistante maternelle ayant une approche éclairée de la psychologie infantile, parentalité positive, CNV, etc. pour veiller sur notre petit gars de 2 ans, à partir de septembre 2014.
    J’ai juste parcouru votre rubrique mais je me dis que nous pourrions partager quelques valeurs !
    N’hésitez pas à me laisser un message si vous avez des disponibilités ou si vous avez une adresse de confiance à me recommander.
    Vous remerciant de votre bienveillance.
    Caps

  6. Ok, ok, en lisant le dernier post reflettant la vie intense, je comprends. Cependant, il est si compliquer de trouver une assistante maternelle qui partage les même réflexions à propos des enfants, que j’ai espéré même un peu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s