ETRE PARENTS

Le courage d’un troisième

Avec un garçon, une fille on a souvent entendu « vous êtes au complet ».

Je n’en sais rien en fait.

Des fois j’y pense.

Un petit dernier.

Dans quelques temps.

Quand les « grands » seront à l’école.

Un dernier enfant pour faire de nous une happy family, unie comme les cinq doigts de la main.

Avant, trois enfants me semblaient impensable mais je connais maintenant pas mal de familles nombreuses hyper joyeuses (sans parler de mes blogs préférés où les familles sont souvent composées de 3 enfants ou +) , ça donne envie. Influençable moi? Disons que l’idée d’une possibilité fait son chemin.

Un dernier pour revivre les premiers coups de pieds, le ventre qui s’arrondi, le choix d’un prénom, la préparation du trousseau de maternité (je parle des minis bodys et pyj là, pas des slips filets hein…) et peut être même la surprise de découvrir le sexe à la naissance.

Un petit dernier comme la cerise on the cake, comme un dernier round bonus de maternité avec la sérénité de l’expérience.

Mais…

Il faut déjà s’occuper de ceux qu’on a et là tout de suite ça nous comble.

Quand on a un premier (ou un 2e) un peu sport, ça ralenti les ardeurs…

Je ne sais pas si notre couple y résisterait. On a déjà tant de mal à se dégager suffisamment de moments libres, à mon goût. On est certainement déjà au dessus de la moyenne, mais avec le rythme de vie qu’on a, bref…

Faire garder deux enfants c’est jouable (bien que pas si simple), mais trois?

Je ne sais pas si j’ai envie de revivre les potentielles angoisses de la grossesse, les sautes d’humeurs, les émotions incontrôlables, ma mobilité réduite (la grossesse n’est pas un handicap mais moi je me sens pas à mon plein potentiel de mouvements enceinte), les contractions trop tôt, les maux de têtes, l’accouchement et les suites éprouvantes, la fatigue écrasante, les nuits trop trop courtes… La mémoire sélective fera (ou pas) son chemin.

Et puis ce qui me semble faisable avec deux enfants voyager, aller chez des copains, au restau (soyons fous!) me semble un poil compliqué avec trois enfants.

J’ai tellement entendu que passer de deux à trois c’est quelque chose! Pour moi c’est plutôt le avant-après le premier, alors si c’est pire, je le sens moyen.

Je profite de ma petite mais pas avec la nostalgie du dernier comme le décrive si bien d’autres mamans.

Peut être que dans quelques temps l’envie d’agrandir la famille reviendra, le désir d’être parents à nouveau se fera évidence, balayant les doutes.

Pour l’instant j’y crois pas trop. Mais on se laisse le temps.

Et toi, y a combien d’enfants dans ta famille idéale?

20140401_185208

Publicités

23 thoughts on “Le courage d’un troisième”

  1. Nous, c’est le passage de 1 à 2 qui a été terrible… Avec Coquillette, on continuait les restos, les sorties avec amis, etc. Avec deux, ce n’était plus possible… Et deux petits (même si les miens avaient 2 ans d’écart), c’est quand même du boulot….
    Par contre, le passage de 2 à 3, avec deux grands déjà grands (c’est à dire scolarisés et autonomes), ce fut fingers in the nose !
    Le plus important, c’est que vous vous sentiez bien, dans votre choix, dans votre famille…

  2. Je patauge déjà avec un (11 mois bientôt) mais il y a de moins en moins de « mauvais » moments… Dans ma famille idéale il y a en trois aussi ! m’enfin quel écart d’âge ? quand ? y’a t il un bon moment ?!

  3. J’ai 2 p’tits mecs de 4 ans et 11 mois (bientôt un an 😦 )
    On me dit svt « allez un ptit 3ème et avec un peu de chance ca sera une fille ! ». Pour le moment je n’y pense pas et j’ai même envie de revendre plein de puériculture… Le temps le dira, pour le moment, on se sent au complet (et un poil débordé avec 2)

  4. On en voulait 2, on en a eu 4 !!!
    16 mois d’écart entre les 2 ainées, 2 ans 1/2 entre la cadette et la benjamine, 5 ans entre la benjamine et mon p’tit dernier. De mon point de vue je dirais qu’il est plus difficile de passer de 1 à 2 (bien que tout ce soit super bien passé chez nous), mais tout est question d’organisation !
    Pour le temps libre à deux, là tu me poses une colle !à…

  5. Ma version idéale est aussi à 3 enfants…pour l’instant nous sommes à 2 filles (rapprochées) et j’ai toujours l’envie d’un 3eme…mais un peu plus éloigné (quand la dernière rentrera à l’école)…mais parfois je me demande si nous aurons le courage de repartir la dedans, mettre un « frein » à tout ce qu’on pourrait faire avec 2 filles assez autonome…et en même temps, je ne peux pas me dire que j’ai vécu ma dernière grossesse, je l’ai vécu comme une 2eme par comme une dernière…on verra ce que l’avenir nous réserve !

  6. On en a toujours voulu trois. Et je suis enceinte du troisième.
    Pour le moment on gère, même si c’est sur le rythme de vie et surtout la vie sociale en prend un coup !
    Et comme mes deux derniers auront 13 mois d’écart, pas eu le temps de récupérer ! Tout s’enchaine. Je profite moins de cette grossesse. J’ai moins de plaisir a faire les petits achats….
    Du coup j’envisage déjà un petit 4 ème…. 🙂

  7. On s’était dit 2 enfants c’est bien …
    N°2 à peine débarquait que je voulais N°3 …
    Donc on attend que ce « petit dernier » vienne se loger dans mon bidon …
    Monsieur a juste peur qu’après N°3 … j’ai envie de N°4 !!
    C’est eux, c’est nous, c’est la vie qui donne la famille idéale 😉

  8. ils sont trois et on est unis comme les 5 doigts de la main! mais il ne faut pas se leurrer, le passage de 2 à 3 est un saut asse long et haut! mes aînées avait 7 et 3 ans quand leur petit frère est arrivé; ils étaient assez autonomes et « matures » pour comprendre l’arrivée et le chamboulement d’un bébé. Le linge m’impressionne tous le jours alors que l’on est juste un de plus!mais j’ai doublé les lessives!Après ces détails techniques, c’est que du bonheur, un petit troisième s’élève presque tout seul porté par notre expérience et maturité et par sa fratrie! je ne changerai pour rien au monde notre vie actuelle! douce journée

  9. Ici aussi on y pense, après des jumeaux, un singleton serait trop facile. Puis j’ai mûrit et j’ai envie de cette grossesse où je ne connaîtrais pas le sexe, où je serais suivie par une sage femme (et non un gynéco froid qui n’a pas le temps) où j’irais faire les échos en 3D, j’essayerais de ne pas prendre la péri… Et puis après 3 enfants, je saurais comment faire avec le petit dernier et je serais armée psychologiquement pour les coliques et les nuits sans sommeil…
    Par contre l’angoisse oui, du couple qui va peut être encore flancher, la fatigue et j’ai peur de me « défouler » sur mes « grands » …
    Qu’est ce qui est mieux qu’avoir un enfant dans la vie? Mieux que de voir des étoiles dans leurs yeux le jour de noel… Quand on sera vieux, ce sont eux qui nous boosterons et nous amènerons leurs enfants… Quelques années de galères ne sont rien à coté du bonheur de les avoir. N’est ce pas?

    1. Je suis bien d’accord savoir (pour l’avoir vécu) ce qui nous attend aide pas mal à gérer les passages difficiles pour profiter des joies de la vie de famille.

  10. Dans ma famille idéale, il y a un 3eme. sauf que dans notre cas, nous ne sommes pas les seuls à choisir … mais me dire que ma deuz est la dernière me donne envie de sangloter …

  11. Nous venons d’avoir notre petite troisième il y a aujourd’hui 3 semaines à peine! J’attends encore le sentiment d’être au complet, mais c’est le sentiment d’envie d’un 4ème bébé qui prends le plus de place, incroyable! Et l’homme, lui, pareil!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s