MES GONES

Gérer la phase d’opposition par la participation

077

J’avais lu pas mal de trucs sur le terrible two et quelques astuces pour s’en sortir.

Je me demandais ce que cela donnerait en pratique, avec Petit bonheur qui est tellement entier et décidé.

Chez nous le terrible two s’est pointé en avance, (Petit bonheur aime tout faire tôt, un lien avec la prématurité?) vers 18 mois je dirais, plus ou moins. En gros avec l’arrivée de Jolie douceur.

La frustration, l’opposition se manifeste chez lui par des hurlements à vous bousiller les tympans (coucou les voisins!), par une révolte qu’il exprime aussi au niveau physique (il se cabre) et il a tellement de force que j’ai du mal à lutter.

Clairement la force n’est pas la solution, il faut trouver d’autres pistes, ruser, faire preuve de psychologie.

Depuis qu’il parle, il peut s’exprimer avec des mots, dire ce qu’il veut, ce qu’il voit, donc ça va beaucoup, beaucoup, mieux. Il suffit souvent de formuler ce qu’il veut ou l’intéresse « ah tu veux encore du pain » pour qu’il se sente compris et s’apaise. On peut ensuite lui proposer une autre activité et en général il accepte de passer à autre chose. Parfois il faut répéter le processus mais ça finit par fonctionner.

On a aussi mis en place des stratégies participatives, pour le motiver à faire les choses de lui même en lui laissant le sentiment de choix et de liberté. Avec l’impression que l’idée vient de lui. Ca marche bien (avec Mister bonheur aussi soit dit en passant!).

Quand il ne veut pas lâcher doudou alors qu’on s’apprête à sortir, plutôt que de choper doudou et provoquer une crise, j’encourage Petit bonheur à le mettre lui-même dans son lit et lui dire à tout à l’heure. A force c’est devenu un rituel, il lui met carrément la musique pour qu’il se repose tranquille, doudou!

On ritualise et rythme beaucoup les tâches ce qui le rassure. Il sait comment ça se passe et dans quel ordre. Le matin on s’habille et on se mouche, avant d’aller se coucher il va au pot puis on lave les mains et on les essuie, etc.

On lui confie aussi de petites responsabilités, il est ravi de participer. Si on lui demande « tu veux aider? » la réponse est invariablement enjouée et volontaire. Aider, participer à la vie familiale (mettre la table, enlever le linge du sèche linge, vider le sac des courses et nous donner les articles à ranger), voilà ce qu’il veut. Ca suppose de petits aménagements et de prendre le temps (apprendre prend toujours un peu de temps, non?), au final c’est gagnant-gagnant et l’ambiance reste sereine.

Et vous le terrible two, vous le gérez comment?

Publicités

4 thoughts on “Gérer la phase d’opposition par la participation”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s