NAISSANCE

Celles que je n’oublierai pas

Les sages femmes sont à l’honneur aujourd’hui dans les maternelles.

Des sages femmes, j’en ai rencontré quelques unes entre la préparation à la naissance avec l’haptonomie pour Petit bonheur, la naissance de mon fils, l’hospitalisation pour menace d’accouchement prématuré lorsque j’étais enceinte de Jolie douceur, le suivi à domicile, puis la naissance de ma fille et le séjour à la maternité.

Elles ont été là pour partager avec nous, des moments intenses dans notre vie.

Certaines m’ont profondément marquée. Rassurée. Soutenue. D’autres m’ont stressée. Paniquée.

Je n’oublierai pas l’accueil désastreux et la prise en charge dénuée d’humanité, lors de mon arrivée précipitée à l’hôpital, dans le premier hôpital venu, puisqu’il fallait faire vite, puisque j’avais perdu les eaux subitement à 34 semaines (7 mois et demi) et que je contractais toutes les 3 minutes.

Je me souviendrai de la puéricultrice et si douce et gentille, et la sage femme qui avaient pris la relève et qui étaient là pour la naissance de mon fils alors que j’avais tellement, tellement, peur de pousser et de tout donner, pour mettre mon fils au monde. Elles ont su m’encourager et trouver les mots pour me redonner la force quand je croyais ne plus en avoir. Je n’oublierai jamais leurs félicitations qui m’ont mis du baume au cœur, pour ce bel accouchement, comme elles disaient.

Je me souviendrai des infirmières et puéricultrices qui nous se sont occupées de Petit bonheur en néonatologie et qui nous tout expliqué patiemment, avec des mots simples, qui nous ont accompagné avec respect et humanité vers la découverte de la parentalité. Je n’oublierai pas que c’est grâce à leur soutient infaillible que j’ai pu l’allaiter mon enfant né prématurément. Je me souviendrai du réconfort, de la chaleur humaine qui apaise les peurs, des mots rassurants et déculpabilisants qui apaisent les pleurs. Je me souviendrais des rires aussi.

Je me souviendrai des sages-femmes si sympas de l’hôpital, pendant mon séjour pour la MAP, lors de ma seconde grossesse. La petite brune avec qui on parlait lecture ou la jolie blonde, étudiante, si douce et compétente, que je n’avais jamais l’impression de déranger et qui était venue me dire au revoir avant mon retour à la maison, alors qu’elle ne s’occupait pas de moi ce jour là.

Je me souviendrai de l’adorable sage femme, qui est venue me voir à la maison, deux fois par semaine, pour me suivre de près, après l’hospitalisation. Je me souviendrai de son étonnement à la lecture de mon dossier et de sa surprise encore plus grande, de me voir « encore là » à chacune de nos rencontres semaines après semaines.

Je n’oublierai pas la sage femme qui m’a accueillie avec beaucoup de gentillesse à notre arrivée en salle de naissance et qui m’accompagnée et écoutée pendant tout le travail avant l’arrivée de Jolie douceur. J’aurais aimé qu’elle me dise son prénom et j’aurais préféré qu’elle ne fasse pas de second degré ce jour là, puisque j’avais laissé mon sens de l’humour à la maison.

Je n’oublierai pas la sage femme qui était présente à la naissance de ma fille et qui nous a ensuite laissé du temps, tout les 3 pour faire connaissance, dans l’intimité. Elle a laissé Mister bonheur habiller Jolie douceur lui-même, comme je lui avais demandé, et m’a trouvé la couverture que je réclamais depuis des heures.

C’est ce genre de petites choses qui rendent un moment inoubliable vraiment merveilleux.

main mai 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s