GROSSESSE

Mes angoisses de grossesse

Quand j’attendais Petit bonheur, j’avais mille peurs.

La peur de l’inconnu. La peur de ne pas savoir être mère, de ne pas savoir m’occuper du bébé, la peur de perdre ma si précieuse liberté, la peur de ne pas être à la hauteur de cette immense responsabilité qui nous attendait.

Mais ce qui me faisait le plus peur, c’était l’accouchement. Rien que d’y penser, j’en avais souvent les larmes aux yeux (hormones déchainées power plus). Pendant toute ma grossesse, j’ai rêvé chaque semaine, que j’y restais. Oui carrément!

Bizarrement au moment d’accoucher, j’étais d’un zen… Je n’ai pas eu peur, même si mon bébé allait naître à 34 semaines. On était porté par la magie du moment et à partir de là, mes inquiétudes se sont envolées, tout allait bien se passer, c’était évident.

Pour cette deuxième grossesse, mes peurs sont différentes. Je ne me demande pas si je saurais accoucher (je suis pas totalement rassurée, mais je sais que j’en suis capable, c’est déjà ça!), si je serais ou non une bonne mère.

Je serai sa mère. Je ne comprendrais pas tout, tout le temps. Il faudra un peu de temps pour apprendre à se connaître, ça fait parti du jeu et ça ne m’effraye pas.

Je me pose quelques questions, biensûr sur l’organisation, sur mes ressources et capacités à gérer deux enfants si petits. Cogiter ne sert à rien, j’entrerais dans l’action, parce qu’il le faudra bien. Comment font les mères de plusieurs enfants? Elles font, c’est tout.

Ce qui m’angoisse, c’est la différence. Je ne devrais pas m’inquiéter, il n’y a aucune raison que je m’inquiète. Je suis bien suivie, par un bon gyneco, les échos sont rassurantes tout est normal, mais pourtant… L’idée de la possibilité de la différence, parce qu’on ne peut pas tout déceler, m’angoisse.

En formation on a abordé le thème de l’enfant différent et/ou porteur de handicap. Ca m’a remuée. Et là, parce que je cherche aussi, j’ai emprunté à la bibliothèque Où on va papa? de Jean Louis Fournier. Un livre qui prend aux tripes, où il raconte l’enfance de ses deux fils handicapés, avec humour noir et poésie. Magnifique, mais pas à lire d’un trait, enceinte.

Ce soir, Petit bonheur a pleuriché pour s’endormir, ce qui n’arrive jamais (à part quand il est vraiment malade). Je ne me suis pas fait prier pour aller lui faire un calin. Je ne sais pas lequel de nous deux en avait le plus besoin. C’est rare qu’il reste contre nous sans bouger, notre petit explorateur. Je l’ai gardé un grand moment lové tout contre moi, à lui carresser cheveux et lui murmurer combien je suis chanceuse d’être la maman d’un petit garçon si chouette et à quel point je l’aime, je les aime, mes enfants. Sa petite soeur donnait de joyeux coups de pieds dans mon ventre, qu’il sentait, c’est certain. Quand je me suis senite apaisée, il s’est abandonné au sommeil, petit ange.

2012-11-29 13.17.35

Publicités

1 réflexion au sujet de “Mes angoisses de grossesse”

  1. Merci pour ce beau message… Mes peurs aussi ne sont plus les mêmes pour ce deuxième bébé. Peur de la différence, peur de l’après, d’un accouchement qui ne soit pas aussi bien, d’une équipe médicale qui n’assure pas. Peur de ne pas m’en sortir avec 2 petits. Peur que le papa ne s’en sorte pas non plus, qu’on n’arrive pas à se supporter comme on a pu le faire avec Jolie Coeur…
    Quant au livre de JL Fournier, c’est comme le film La Guerre est Déclarée, ou les forums Doctissimo : à proscrire pendant la grossesse!!!
    Belle fin de soirée à toi..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s